La transmission et la prévention de la syphilis

Mis à jour : Vendredi 12 Juin 2020

Comment se transmet la syphilis ?

La syphilis est due à une bactérie, Treponema pallidum (tréponème pâle). Cette bactérie se transmet lors de rapport sexuel non protégé avec une personne atteinte de syphilis pendant les premiers stades de la maladie (avant l’installation du stade de latence, lorsqu’il existe encore des ulcères ou des plaques muqueuses qui contiennent le tréponème). Tous les types de rapports sexuels non protégés peuvent être contaminants, y compris la fellation ou, parfois, le baiser profond.

La syphilis peut également être transmise pendant la grossesse ou lors d’échanges de matériel injectable utilisé par les personnes toxicomanes. Les personnes séropositives pour le VIH/sida semblent plus à risque d’être infectées par le tréponème de la syphilis : elles représentent plus de la moitié des cas observés en France.

Qu'appelle-t-on chancre mou ?
Le chancre mou est une infection bactérienne due au bacille de Ducrey (Hæmophilus ducrey). Il se manifeste par de petites ulcérations, souvent douloureuses, au niveau des organes génitaux. Si le chancre n’est pas traité, il existe un risque de surinfection.
Le port du préservatif est le seul moyen de prévention, mais il n’offre pas une protection absolue. Les lésions peuvent en effet se situer en dehors de la zone protégée par le préservatif.

Comment prévenir la syphilis ?

Comme toutes les infections sexuellement transmissibles, la prévention de la syphilis repose sur l’utilisation systématique de préservatifs (même pour la fellation) et sur un dépistage régulier chez les personnes ayant plusieurs partenaires sexuels. Même s’ils restent indispensables, les préservatifs n’offrent pas une protection absolue contre la syphilis, dans la mesure où la contamination peut avoir lieu lors d’un baiser profond. Il existe des centres de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) dans de nombreuses villes qui proposent un dépistage de la syphilis.

Comme il existe un risque de transmission de la mère au fœtus de la syphilis, le dépistage de la syphilis est pris en charge à 100 % par l’assurance maladie dès la déclaration de la grossesse.

Il n’existe pas de vaccin contre la syphilis.

Actualités

Les tests salivaires sont plus simples, moins désagréables, mais moins fiables (illustration).

COVID-19 : la HAS favorable aux tests salivaires, uniquement en présence de symptômes

Certaines étiologies nécessitent une prise en charge urgente et/ou spécifique (illustration).

Fièvre de l'enfant : une stratégie de prise en charge guidée par l'âge et les éventuels signes de gravité

Comme les tests RT-PCR, les tests antigéniques sont réalisés sur un prélèvement nasopharyngé réalisé avec un écouvillon (illustration).

COVID-19 : les tests rapides antigéniques autorisés pour le dépistage collectif