En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le diagnostic et le traitement des verrues génitales

Mis à jour : Mardi 15 Novembre 2016

Comment diagnostique-t-on des verrues génitales

En présence de lésions évoquant des verrues génitales, le médecin effectue des tests ou des prélèvements pour rechercher un papillomavirus et confirmer son diagnostic.

Comment soigne-t-on les verrues génitales ?

Le traitement des condylomes vise à détruire les lésions visibles. Ce traitement n’élimine pas le virus et d’autres lésions peuvent apparaître dans les semaines ou les mois qui suivent. Une surveillance prolongée est donc nécessaire pour prévenir toute récidive.

Le choix du traitement dépend de plusieurs facteurs : nombre de verrues, localisation, aspect... L’élimination des lésions peut être effectuée par le médecin en les brûlant avec de l’azote liquide, un laser ou un courant électrique (électrocoagulation). Parfois, un traitement médicamenteux local peut être appliqué par le patient sur les lésions.

Si des lésions provoquées par les papillomavirus humains ont été identifiés sur le col de l’utérus ou dans le rectum, le traitement est proportionnel à la gravité et à l’étendue des lésions. Dans les cas les plus sévères, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Novembre 2017

Cytotoxiques locaux

Actualités

Le pic épidémique de la griippe 2017 - 2018 est probablement atteint et dépassé (source : Agence Santé Publique France).

Surveillance de l'épidémie de grippe : pic probablement dépassé, souche A/H1N1 prédominante en France

Les nourrissons de 0 à 18 mois, nés après le 1er janvier 2018, devront être à jour du nouveau calendrier vaccinal comportant 11 valences pour pouvoir entrer en collectivité (illustration).

Obligation vaccinale des nourrissons en pratique : 10 injections, 6 consultations, 14 vaccins disponibles

L'usage à visée esthétique de concentrés plaquettaires autologues (CPA) est interdit en France (illustration).

Concentrés plaquettaires autologues : l'ANSM rappelle leur interdiction en injection à visée esthétique