En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le diagnostic et le traitement des verrues génitales

Mis à jour : Mardi 15 Novembre 2016

Comment diagnostique-t-on des verrues génitales

En présence de lésions évoquant des verrues génitales, le médecin effectue des tests ou des prélèvements pour rechercher un papillomavirus et confirmer son diagnostic.

Comment soigne-t-on les verrues génitales ?

Le traitement des condylomes vise à détruire les lésions visibles. Ce traitement n’élimine pas le virus et d’autres lésions peuvent apparaître dans les semaines ou les mois qui suivent. Une surveillance prolongée est donc nécessaire pour prévenir toute récidive.

Le choix du traitement dépend de plusieurs facteurs : nombre de verrues, localisation, aspect... L’élimination des lésions peut être effectuée par le médecin en les brûlant avec de l’azote liquide, un laser ou un courant électrique (électrocoagulation). Parfois, un traitement médicamenteux local peut être appliqué par le patient sur les lésions.

Si des lésions provoquées par les papillomavirus humains ont été identifiés sur le col de l’utérus ou dans le rectum, le traitement est proportionnel à la gravité et à l’étendue des lésions. Dans les cas les plus sévères, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 18 Octobre 2018

Cytotoxiques locaux

Actualités

La névralgie du trijumeau est plus fréquente chez les femmes de plus de 50 ans. Elle se caractérise par des douleurs violentes, en général unilatérales, situées sur le territoire d\\\'une branche du nerf V (illustration).

Névralgie du trijumeau : premières recommandations françaises sur le diagnostic et la prise en charge

L\'INCa publie une fiche sur le repérage de la souffrance psychique chez les personnes atteintes de cancer (illustration).

Souffrance psychique et cancer : l’INCa publie une fiche synthétique pour les médecins généralistes

La nouvelle recommandation de la HAS a été rendue publique le 23 octobre 2018.

Dépistage systématique et ciblé des infections à Chlamydia trachomatis : la HAS modifie ses recommandations