En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les ressources pour mieux vivre avec une amyotrophie spinale proximale

Mis à jour : Mercredi 30 Mai 2018
Image sponsoring article

Les personnes atteintes d’amyotrophies spinales proximales sont suivies dans des consultations pluridisciplinaires spécialisées dans les maladies neuromusculaires. Leurs coordonnées sont disponibles sur le site d’Orphanet ou en appelant Maladies Rares Info Services au 01 56 53 81 36 (appel non surtaxé)

Ces centres font intervenir des médecins (neurologues, pédiatres, chirurgiens orthopédistes, pneumologues, généticiens, etc.), mais également des infirmiers, des psychologues, des kinésithérapeutes, des ergothérapeutes, des diététiciennes, etc.

En France, l’amyotrophie spinale proximale est prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie en ce qui concerne le remboursement des frais médicaux. Les familles ont droit à une allocation d’éducation spéciale pour les enfants atteints en déposant une demande auprès de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Quant aux adultes, ils ont droit à une allocation d’adulte handicapé (AAH) dont la demande doit être faite auprès de la MDPH.

Les patients et les proches touchés par les amyotrophies spinales proximales se sentent souvent seuls du fait de la rareté de la maladie. Ils peuvent néanmoins trouver information, soutien et solidarité auprès de deux associations de patients :

Les Services régionaux d’aides et d’informations (SRAI) de l’AFM - Téléthon aident et accompagnent les familles dans les démarches quotidiennes.

Actualités

Repérage de vésicules cutanées évocatrices d'un zona (illustration).

Zona : synthèse des bonnes pratiques sur les connaissances, la prévention et la prise en charge

Les 10 articles de VIDAL les plus lus par les médecins en 2018

Arbre décisionnel pour l'hyperéosinophilie (complet et plus lisible ci-dessous), adapté de M Van Balkum et al., décembre 2018.

L’hyperéosinophilie, un "challenge diagnostique" en l’absence de cause évidente