Comment évolue l'épilepsie ?

Mis à jour : Vendredi 31 Janvier 2020

Quelle est l'évolution de l'épilepsie ?

De nombreuses formes d’épilepsie évoluent vers une guérison spontanée au bout d’un temps variable (souvent plusieurs années). C’est le cas pour environ 60 % des patients dont les crises sont bien contrôlées par les médicaments antiépileptiques. Les crises disparaissent et il est possible d’arrêter définitivement le traitement, de façon progressive et sous surveillance médicale, sans risque de récidive. Plus de la moitié des d’enfants épileptiques guérissent complètement avant d’atteindre l’âge adulte en raison de la maturation de leur système nerveux.

Une forme grave peut se stabiliser à long terme et devenir moins sévère, mais l’inverse est également possible. Dans la majorité des cas, le traitement a un effet bénéfique : un tiers des patients voient leurs crises disparaître totalement, et pour un autre tiers, la fréquence des crises est diminuée de plus de moitié.

Quelles sont les complications de l'épilepsie ?

Une crise généralisée tonico-clonique peut se compliquer de traumatismes liés à la chute (ou à un accident), de destruction des cellules des muscles (du fait de la contraction intense pendant la phase tonique de la crise) ou d’une pneumopathie d’inhalation, c’est-à-dire une maladie des poumons liée au passage du contenu de l’estomac dans les voies respiratoires pendant la crise.

De plus, une crise prolongée peut avoir des conséquences durables au niveau du cerveau du fait de l’apport insuffisant d’oxygène et de la libération massive de messagers chimiques par les neurones. Pour cette raison, une crise anormalement longue ou intense, ou qui laisse une impression différente des crises précédentes, justifie une consultation en urgence pour prévenir l’apparition de séquelles neurologiques.

Peut-on mourir au cours d'une crise d'épilepsie ?
La plupart du temps, une crise d'épilepsie n'est pas mortelle. Un décès peut néanmoins se produire de manière accidentelle, en cas de chute ou de noyade par exemple. Il existe des cas très exceptionnels de « mort subite inexpliquée en épilepsie » où la personne décède dans son sommeil, sans signe d'alerte. On les observe plutôt dans les formes graves d'épilepsie mal contrôlées par les traitements.

Actualités

Une allergie à bien confirmer (illustration).

L’allergie à la pénicilline : plus de peur que de mal ?

Le Ministère des Solidarités et de la Santé a annoncé qu’il permettra la dispensation en ville du midazolam injectable

Accompagnement de la fin de vie au domicile : le midazolam injectable dispensé en ville d’ici juin 2020

Cancer bronchique : du dépistage aux signes cliniques d'alerte (illustration).

Cancer du poumon : premiers symptômes et dépistage par scanner à faible dose