En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le diagnostic de la maladie d'Alzheimer

Mis à jour : Mardi 23 Mai 2017

Le diagnostic de la maladie d'Alzheimer repose à la fois sur l'interrogatoire de la personne, sur les tests des fonctions intellectuelles et sur des examens complémentaires.

Le rôle du médecin généraliste dans le diagnostic d'Alzheimer

Face à un patient âgé qui se plaint de troubles de la mémoire ou d’autres problèmes des fonctions intellectuelles, le médecin généraliste l’interroge tout d’abord pour savoir quand et comment se manifestent ces problèmes. Il effectue un examen clinique et prescrit différents examens complémentaires (par exemple une prise de sang) pour s’assurer que ces symptômes ne sont pas dus à une autre maladie : par exemple, un problème de thyroïde, une insuffisance rénale, un diabète de type 2, une anémie, etc.

Il va également rechercher des signes de dépression qui pourraient expliquer les troubles cognitifs (voir encadré). Si les tests sont normaux, il adresse son patient à un médecin spécialiste, neurologue, psychiatre ou gériatre.

Maladie d'Alzheimer et dépression
Chez les personnes âgées, la dépression n’est pas rare mais reste souvent ignorée. Les signes de dépression chez une personne âgée peuvent être différents que ceux observés chez des patients plus jeunes : par exemple, moins de tristesse ressentie, mais davantage de troubles de la mémoire ou de l’humeur.
Lors de troubles de la mémoire chez un patient âgé, le médecin va systématiquement rechercher la présence de signes de dépression et, le cas échéant, il met en place un traitement antidépresseur. Si, malgré ce traitement, les troubles s’aggravent dans les mois qui suivent, le médecin recherchera une autre maladie, dont la maladie d’Alzheimer, grâce à des examens complémentaires.
Au cours de l’évolution de la maladie d’Alzheimer, des signes de dépression peuvent apparaître, traduisant un vécu difficile de la maladie et la prise de conscience par le patient de l’aggravation de ses troubles. Un traitement adapté peut alors être prescrit par le médecin.

La consultation spécialisée dans le diagnostic d'Alzheimer

Le médecin spécialiste va pratiquer un entretien avec le patient, en présence d’un proche. Puis il va lui faire subir un examen clinique approfondi et une batterie de tests psychométriques, dont le MMSE : c’est la « consultation Mémoire » qui fait souvent appel à une équipe pluridisciplinaire (neurologue, psychiatre, gériatre, orthophoniste, etc.). Il prescrit également des examens complémentaires de type scanner, IRM ou PET Scan pour évaluer l’état du cerveau et rechercher d’autres causes possibles : tumeur, hématome, séquelles d’un accident vasculaire cérébral (AVC), etc.

En cas de doute, les tests seront renouvelés six à douze mois plus tard pour mesurer l’évolution de l’état du patient. La recherche s’oriente actuellement vers des tests plus précoces de la maladie d’Alzheimer. Par exemple, à partir d’une prise de sang ou d’une ponction lombaire (prélèvement d’un peu du liquide dans lequel baignent le cerveau et la moelle épinière). Ces tests sont encore expérimentaux mais pourraient bientôt être disponibles.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité