En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Maladie de Parkinson

Mis à jour : Vendredi 31 Mars 2017

La maladie de Parkinson se caractérise par la disparition progressive de cellules nerveuses situées dans une région du cerveau appelée « substance noire ». Ces cellules produisent de la dopamine (un messager chimique entre les cellules) et sont impliquées dans le contrôle de la précision et de la fluidité des mouvements. Lorsqu’une grande partie de ces cellules a disparu (plus de 50 %), les symptômes caractéristiques de la maladie de Parkinson apparaissent.

La maladie de Parkinson est-elle une maladie fréquente ?

homme malade

La fréquence de la maladie de Parkinson augmente avec l’âge : 90 % des cas sont observés chez des personnes de plus de 50 ans. Dans les pays industrialisés, on estime que la maladie de Parkinson touche environ 0,6 à 0,8 % des personnes âgées de 65 à 69 ans, et 2,6 à 3,5 % des personnes âgées de 85 à 89 ans. En France, environ 120 000 personnes souffrent de cette maladie. Les hommes sont plus touchés que les femmes, peut-être du fait d’un effet protecteur des hormones féminines (estrogènes).

En termes de fréquence, la maladie de Parkinson est la seconde maladie neurodégénérative après la maladie d’Alzheimer.

Quelles sont les complications de la maladie de Parkinson ?

La maladie de Parkinson évolue de manière très variable selon les patients. Cette évolution est indépendante de l’âge auquel la maladie est apparue. Elle est probablement fonction du degré de dégénérescence de la substance noire mais également de celui d’autres régions du cerveau (par exemple, les ganglions de la base). Dans 85 % des cas, les symptômes ne sont pas seulement dus à la disparition des cellules nerveuses sécrétant de la dopamine dans la substance noire, mais également à des anomalies impliquant d’autres messagers chimiques du cerveau.

La maladie de Parkinson a peu d’impact sur l’espérance de vie. Dans les formes les plus avancées, outre les symptômes habituels, la maladie de Parkinson se complique parfois de confusion (le patient ne comprend plus la situation dans laquelle il se trouve, il est désorienté dans le temps et dans l’espace, il a des hallucinations, etc.), de troubles de la mémoire, voire de démence. Comme les médicaments prescrits contre la maladie de Parkinson peuvent être à l’origine d’hallucinations et de confusion, ce type de complication doit être distingué d’éventuels effets indésirables de ces médicaments.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères