Les causes de la maladie de Parkinson

Mis à jour : Jeudi 27 Février 2020

Pourquoi développe-t-on une maladie de Parkinson ?

Les causes précises de la maladie de Parkinson sont encore méconnues. Actuellement, les spécialistes penchent pour une origine multifactorielle de la maladie.

Une prédisposition héréditaire semble indiquée par l'existence de familles où la maladie de Parkinson est plus fréquente que dans l'ensemble de la population, en particulier pour les formes les plus précoces de la maladie. Des facteurs liés à l'environnement sont également suspectés, en particulier le rôle déclencheur d'une exposition répétée à certains métaux lourds (plomb, manganèse, cuivre) ou à certains pesticides et autres polluants. Le rôle d'une exposition prolongée à certains herbicides (en particulier chez des personnes présentant une prédisposition génétique) est de plus en plus communément admis : cette maladie est plus fréquente en milieu rural. Récemment, un agriculteur atteint de maladie de Parkinson a été reconnu comme atteint d'une maladie professionnelle par la justice.

Certaines maladies proches de la maladie de Parkinson (syndromes parkinsoniens) ont pu être rattachées à des substances toxiques : par exemple, le MPTP (un contaminant présent dans une drogue récréative illicite) ou des décoctions de feuilles et de racines de corossol (une plante utilisée en phytothérapie dans les Caraïbes).

Peut-on prévenir la maladie de Parkinson ?

A ce jour, on ne connaît pas de moyen de prévenir la maladie de Parkinson. Des études de grande taille semblent indiquer un effet protecteur de la consommation modérée de café, en particulier chez les hommes. Mais ces études demandent à être confirmées. De plus, il semble que le tabagisme ait un effet protecteur vis-à-vis de la maladie de Parkinson. Considérant les graves complications qu’entraîne la consommation de tabac, il serait bien sûr malvenu de commencer à fumer pour se protéger de la maladie de Parkinson…

Actualités

Traquer le SARS-CoV-2 dans les stations d'épuration (illustration).

Lire dans les eaux usées : une autre arme contre la COVID-19

Représentation en 3D de papillomavirus humains (illustration).

Cancer de l'utérus : le test HPV recommandé pour le dépistage chez les femmes de 30 ans et plus

Des études de séroprévalence en cours dans la COVID-19 (illustration).

Tests sérologiques de la COVID-19 : une interprétation qui n'est pas si simple