En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les causes de la sclérose en plaques

Mis à jour : Vendredi 24 Août 2018

Quelles sont les causes de la sclérose en plaques ?

Les causes de la sclérose en plaques ont longtemps été mystérieuses. Depuis quelques années, la recherche a soulevé une partie du voile et révélé une partie des mécanismes à l’origine de cette maladie.

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune

Normalement, les cellules de l’immunité ne s’attaquent qu’aux cellules étrangères, celles dont la « carte d’identité » génétique est différente. Mais au cours d’une maladie auto-immune, le système immunitaire de l’individu s’attaque à ses propres cellules.

La majorité des scientifiques attribuent une origine auto-immune à la sclérose en plaques ; les arguments en faveur de cette théorie auto-immune sont multiples. Cependant, il n’a pas encore été possible d’identifier les antigènes des cellules nerveuses qui sont reconnus par les cellules immunitaires.

Quelles sont les autres origines possibles de la sclérose en plaques ?

De nombreux virus ont été évoqués, y compris ceux de la rage, de l’herpès, de la rougeole, de la rubéole, certains rétrovirus comme l’HTLV-1, ou le virus d’Epstein-Barr responsable de la mononucléose infectieuse, entre autres. L’agent bactérien Chlamydia pneumoniae a également été soupçonné mais son rôle n’a jamais été prouvé. Pourtant, certains scientifiques demeurent convaincus qu’un agent infectieux pourrait être impliqué dans le déclenchement de la maladie.

Qui est à risque pour la sclérose en plaques ?

À partir des études épidémiologiques existantes, plusieurs observations ont été faites sur les facteurs de risque de développer une sclérose en plaques.

La sclérose en plaques touche plutôt chez de jeunes adultes

La maladie est le plus souvent diagnostiquée chez des patients dont l’âge se situe entre 20 et 50 ans, rarement chez des adultes plus âgés ou chez des enfants.

Des facteurs géographiques favorisant la sclérose en plaques

La sclérose en plaques est beaucoup plus fréquente à des latitudes hautes, éloignées de l’Équateur (au-dessus de 40 degrés de latitude) qu’à des latitudes basses, plus proches de l’Équateur. Cet effet pourrait être dû à la variation d’ensoleillement : une exposition régulière au soleil pendant l’enfance pourrait protéger contre le développement de la SEP.

Toutefois, dans une même zone géographique où la latitude et le climat sont à peu près identiques, les fréquences de la SEP peuvent présenter des différences significatives.

Les facteurs ethniques et génétiques de la sclérose en plaques

La sclérose en plaques touche plus fréquemment les personnes ayant une ascendance nord-européenne. Des facteurs génétiques prédisposant à la sclérose en plaques ont par ailleurs été identifiés.

Des études ont permis de déterminer qu’en France, une personne ayant un frère ou une sœur porteur d’une sclérose en plaques présente un risque sur 50 de développer la maladie (alors que ce risque est de un sur 900 dans la population générale). Néanmoins, la sclérose en plaques n’est pas une maladie héréditaire : pour un enfant dont l’un des parents est atteint, le risque de développer une sclérose en plaques est très proche de celui d’un enfant dont les deux parents sont indemnes de la maladie.

Une inégalité de répartition hommes-femmes pour la sclérose en plaques

La sclérose en plaques est environ deux à trois fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, ce qui suggère que les hormones (ou des gènes spécifiques situés sur les chromosomes sexuels) pourraient avoir un rôle direct ou indirect dans la prédisposition à la maladie.

Des facteurs environnementaux liés à la sclérose en plaques

Les études portant sur les migrations de population indiquent que le risque de développer la maladie augmente lorsqu’on quitte une région où la fréquence de la maladie est faible pour une zone où cette fréquence est plus élevée. Cette observation semble pointer vers des facteurs favorisants liés à l’environnement.

Toutefois, cette modification du risque semble dépendre de l’âge de la personne au moment de la migration. Les personnes qui déménagent avant l’âge de quinze ans vers une région où la SEP est fréquente ont une augmentation nette du risque de développer une SEP et ceci d’autant plus que la migration a eu lieu précocement dans leur vie. Pour ceux qui déménagent après l’âge de quinze ans, ce changement ne concernera que la génération suivante, s’ils ont des enfants.

Tout en soulignant la relation complexe qui existe entre les facteurs environnementaux et génétiques qui prédisposent au développement de la SEP, ces études tendent à démontrer que la SEP pourrait être provoquée par une exposition précoce à un déclencheur environnemental chez des individus prédisposés génétiquement.

Peut-on prévenir la sclérose en plaques ?

Les causes de la sclérose en plaques n’étant pas suffisamment connues, aucun moyen de prévention n’a été identifié. Lorsque la maladie a été diagnostiquée, les traitements de fond par immunomodulateurs ou immunosuppresseurs peuvent réduire la fréquence des poussées et prévenir les complications.

Actualités

Lymphodème du bras modéré à gauche, avancé à droite (© NEJM 2018).

Traitement du cancer du sein : comment prévenir et, si besoin, traiter un lymphoedème du bras ?

Le dosage de l\'HbA1c permet d\'évaluer la glycémie moyenne sur plusieurs mois, du moins en l\'absence d\'anomalie des globules rouges (illustration).

Diabète de type 2 : que faire lorsqu'une variation de l’HbA1c n’est pas due à la glycémie ?

L\\\'exercice physique adapté améliore la cicatrisation des ulcères de jambe veineux (illustration).

Ulcère de jambe veineux : l’activité physique adaptée améliore significativement la cicatrisation