En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

La prévention de la toxoplasmose pendant la grossesse

Mis à jour : Mercredi 18 Septembre 2013

La prévention de la toxoplasmose pendant la grossesse est essentielle. Pour savoir quelle conduite adopter, des tests sanguins (sérologie) sont effectués au début de la grossesse afin de déterminer si la mère est immunisée (présence d'anticorps contre le toxoplasme).

Quels tests pour savoir si la mère est immunisée contre le toxoplasme ?

test de sang

Une prise de sang faite en début de grossesse (ou avant le début de celle-ci) suffit à connaître le statut immunitaire de la mère. Il permet même de dater l'infection grâce aux taux d'Ig G et d'Ig M (immunoglobulines G et M). Les Ig G indiquent une infection ancienne et une bonne immunité contre le toxoplasme. Les Ig M indiquent une infection récente ou en cours par le toxoplasme. En cas de doute (possibles signes d’une infection récente ou en cours), une deuxième prise de sang est faite deux semaines plus tard pour mesurer l’évolution du taux sanguin d’Ig M.

Lorsque la mère est immunisée contre le toxoplasme

Lorsque la prise de sang indique que la mère est immunisée contre le toxoplasme (sérologie dite positive), aucune mesure particulière n’est nécessaire.

Lorsque la mère n'est pas immunisée contre le toxoplasme

Lorsque la prise de sang révèle une absence d’immunoglobulines contre le toxoplasme (sérologie dite négative), des mesures d’hygiène doivent être mises en œuvre pour éviter une contamination pendant la grossesse. Elles doivent être suivies scrupuleusement.

  • Éviter de manipuler la litière d’un chat, voire de caresser les chats, et se laver soigneusement les mains lorsqu’on est amené à le faire. À savoir : les selles des chats infectés ne deviennent source de contamination qu’après un séjour de un à cinq jours à l’air libre. Nettoyer la litière deux fois par jour réduit ainsi le risque de contamination (mais mieux vaut toujours se laver les mains après).
  • Porter des gants pour jardiner et se laver les mains ensuite.
  • Se laver les mains après avoir manipulé de la viande crue, des légumes et des fruits poussant près du sol.
  • Laver régulièrement son réfrigérateur, ainsi que les couteaux, les planches à découper et autres ustensiles de cuisine avec un produit javellisé.
  • Laver abondamment les fruits et légumes, y compris les salades prêtes à l’emploi et les herbes aromatiques.
  • Ne manger que de la viande bien cuite, préférablement mijotée plutôt que grillée. Attention aux viandes séchées, fumées ou marinées : assurez-vous qu’elles ont d’abord été bien cuites.

De plus, une prise de sang de contrôle sera faite tous les mois pour dépister une éventuelle contamination.

Je suis enceinte. Dois-je me débarrasser de mon chat ?

Cette question est fréquemment posée par les femmes qui n’ont pas d’anticorps contre le toxoplasme. Pourtant, en respectant les mesures d’hygiène adéquates, il n’est pas nécessaire de se séparer de son chat. Seulement 1 % des chats excrètent du toxoplasme dans leurs selles à un moment de leur vie, et cela ne concerne que les chats qui vont ou sont allés dehors, et ceux qui sont nourris avec de la viande crue. Un chat qui a toujours connu une vie en appartement et qui a toujours mangé des croquettes ou de la pâtée en conserve n’excrète pas de toxoplasme.

Lorsqu’on possède un chat, mieux vaut demander à une autre personne de nettoyer la litière. Si cela n’est pas possible, il est préférable de retirer les selles deux fois par jour (avant que le toxoplasme devienne contaminant) et bien se laver les mains après. Une fois par semaine, lavez le bac à litière avec une eau dont la température est supérieure à 70°C.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères