En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Apnée du sommeil (SAOS)

Mis à jour : Mardi 18 Octobre 2016

Le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS) est une cause relativement fréquente de troubles du sommeil. Il peut s’avérer dangereux car il provoque une somnolence pendant la journée, somnolence qui peut être à l’origine d’accidents de la circulation ou du travail. De nombreuses personnes ignorent qu’elles souffrent de ce trouble et ne peuvent ainsi bénéficier des traitements disponibles.

Qu’appelle-t-on apnée du sommeil ?

ronflement

Le syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS, également appelé syndrome d’apnée/hypopnée du sommeil ou SAHS) est un trouble du sommeil où le dormeur souffre de pauses respiratoires (apnée) ou de diminution du débit respiratoire (hypopnée). Ces baisses ou arrêts répétés de la respiration ne durent en général que quelques secondes, mais ils entraînent une baisse d’oxygénation du sang. Le cœur travaille donc anormalement fort pour essayer de mobiliser toutes les réserves en oxygène. Ces difficultés respiratoires provoquent des microréveils de quelques secondes dont le dormeur n’a pas forcément conscience. Pour cette raison, le matin, les personnes souffrant de SAOS ressentent souvent de la fatigue, voire des maux de tête. Dans la journée, elles connaissent des problèmes de manque de sommeil et d’envie de dormir irrépressible.

En France, on considère qu’il y a SAOS avéré lorsque le dormeur connaît plus de dix apnées par heure de sommeil (aux Etats-Unis, le seuil est de cinq apnées par heure). Pour établir le diagnostic, on définit une apnée comme une interruption de la respiration de plus de dix secondes. Les hypopnées sont identifiées en mesurant la saturation du sang en oxygène pendant le sommeil (au cours d’une nuit passée dans un centre d’étude du sommeil) : pendant une hypopnée, le sang est moins saturé en oxygène.

On estime que le SAOS est présent chez 1 à 5 % de la population masculine adulte.

Quels sont les symptômes de l’apnée du sommeil ?

Certains symptômes caractéristiques du SAOS se produisent pendant le sommeil, sans que le dormeur en ait conscience. De ce fait, seul son compagnon de lit ou de chambre peut en témoigner. Parmi ces symptômes, on trouve les apnées, des ronflements intenses (en particulier après une apnée où ils sont dits « explosifs »), ainsi que des mouvements des jambes et du corps pendant les périodes de ronflement. Dans 10 % des cas, le conjoint rapporte des épisodes de somnambulisme ou, plus rarement, d’énurésie (pipi au lit).

Le dormeur se plaint de somnolence pendant la journée, de maux de tête en se levant, de réveils en sursaut au cours de la nuit, de sueurs nocturnes, de devoir se lever fréquemment la nuit pour uriner (dans un tiers des cas), d’irritabilité et d’agressivité, voire d’épisodes dépressifs. Parfois, il rapporte des troubles de la mémoire et de la concentration, ainsi qu’une baisse du désir sexuel, voire une impuissance.

SAOS ou ronflements ?

Les personnes qui souffrent de SAOS sont souvent de gros ronfleurs. Néanmoins, certaines personnes qui se plaignent de somnolence dans la journée ne souffrent pas d’apnée du sommeil : ce sont simplement des dormeurs que leur ronflement réveille plusieurs fois par heure et qui ne peuvent, de ce fait, bénéficier d’un sommeil réparateur. Dans ce cas, on parle plutôt de syndrome de haute résistance des voies aériennes supérieures, lorsque les efforts respiratoires provoquent au moins dix microréveils par heure de sommeil, sans apnées. Les facteurs favorisant le ronflement sont le sexe masculin (plus de 80 % des hommes ronflent), l’âge (le phénomène est plus fréquent après 60 ans), l’excès de poids et la consommation d’alcool. Certains médicaments contre les troubles du sommeil ou l’anxiété peuvent également augmenter les ronflements. Certaines études ont montré que les gros ronfleurs sont prédisposés aux maladies cardiovasculaires (en particulier, les infarctus du muscle cardiaque), même en l’absence de SAOS.

Comment évolue le syndrome d’apnée du sommeil ?

Le SAOS tend à s’aggraver avec l’âge. De plus, il augmente le risque de développer une hypertension artérielle. Ce risque croît avec le nombre d’apnées observées par heure de sommeil. Les personnes qui souffre d’apnee du sommeil sont également plus sujettes aux maladies cardiovasculaires et au diabète de type 2, sans que l’on sache si cela est directement lié aux apnées du sommeil.

Actualités

Le toucher des personnes atteintes d'une maladie d'Alzheimer, avec leur consentement et après avoir été prévenues, pourrait diminuer leur anxiété, les apaiser (illustration).

Communiquer avec une personne atteinte d’Alzheimer : 10 conseils à suivre, 5 erreurs à éviter

L'OCDE vient de publier un état des lieux de la santé dans les 35 pays qui la composent

Santé en France : l’OCDE dresse un état des lieux contrasté

La plupart des souches vaccinales contre la grippe sont cultivés dans des oeufs (illustration).

Grippe : la faible efficacité du vaccin liée aux mutations survenant pendant la culture dans des oeufs