En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Éviter les facteurs qui déclenchent les crises d'asthme

Mis à jour : Jeudi 06 Juillet 2017

Se tenir éloigné des facteurs qui peuvent la déclencher est la meilleure manière d’éviter une crise d’asthme. Quelles que soient les particularités de leur asthme, il est déconseillé à tous les asthmatiques :

  • de fumer ou de fréquenter des lieux enfumés ;
  • de remuer la poussière (balayer, secouer des tapis ou des draps, etc.) ;
  • d’utiliser des produits irritants pour les voies respiratoires (peintures, colles, produits ménagers, etc.).

 

Prévenir l'exposition aux acariens chez les asthmatiques

Dans la maison, il faut lutter contre les acariens en concentrant ses efforts sur la chambre à coucher. Il existe un kit de dosage (non remboursé) vendu en pharmacie, qui permet de faire une analyse de la poussière et d’évaluer précisément l’infestation par les acariens (Acarex test).

  • Aspirez régulièrement la poussière, y compris sur les matelas et les fauteuils, si possible en l’absence de la personne allergique. Dépoussiérez les meubles avec un chiffon humide.
  • Réduisez l’humidité et la température (idéalement 18°C).
  • Aérez la chambre tous les jours, lit ouvert.
  • Utilisez un sommier à lattes.
  • Couvrez les oreillers et les matelas avec des housses spéciales anti-acarien de qualité médicale. Elles empêchent le passage des acariens tout en permettant une aération de la literie. Elles peuvent être facilement emportées en voyage.
  • Utilisez des produits anti-acariens (ou acaricides) en aérosols, qu'on peut utiliser pour traiter literie et moquette. Disponibles en pharmacie, ils ont une durée d’efficacité de trois à six mois. Toutefois, ces acaricides tuent les acariens mais n’éliminent pas les allergènes contenus dans les débris d’acariens et leurs déjections. L’idéal est de mesurer le contenu en acariens de la poussière avec le kit de dosage, puis d’appliquer le traitement acaricide en fonction de la contamination. Lorsque celle-ci est trop forte, il est préférable de changer la literie ou la moquette.
  • Lavez les draps toutes les semaines et les couvertures tous les mois, à température élevée (60°C ou plus).
  • Évitez les moquettes, les tapis, les doubles rideaux, les meubles capitonnés ou la tenture murale dans la chambre à coucher.
  • Évitez les animaux en peluche dans le lit et lavez toutes les semaines (à plus de 60°C) celui que l’enfant garde avec lui. On peut également mettre les peluches des enfants un jour ou deux dans le congélateur à - 20°C : il semble que cela tue les acariens.

Pour les asthmatiques très allergiques aux acariens, il peut être bénéfique de vivre en région d‘altitude si c’est possible, et d’éviter les bords de mer où l’humidité favorise la prolifération des acariens.

Prévenir l'exposition au pollen chez les asthmatiques

Lorsque la présence de pollens à l’extérieur est importante :

  • Restez le plus possible à l’intérieur.
  • Fermez les fenêtres en milieu de matinée et en fin d'après-midi.
  • Portez un chapeau et des lunettes de soleil si vous devez sortir.
  • Rincez-vous les cheveux, les cils et les sourcils après une promenade à l'extérieur et lavez les vêtements qui pourraient héberger des grains de pollen.

Les séjours en altitude en été sont déconseillés car la saison pollinique y est décalée. Il est possible de vous informer sur les périodes où les pollens sont présents dans votre région (calendrier pollinique). Demandez conseil à votre médecin traitant ou consultez sur internet le site du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA).

En période pollinique, il est souhaitable de prendre des anti-histaminiques (des médicaments contre les allergies) et surtout de suivre régulièrement son traitement contre l’asthme. Dans certains cas, le traitement de fond de l’asthme est augmenté par votre médecin pendant les périodes polliniques.

Prévenir l'exposition aux poils d'animaux chez les asthmatiques

Les fragments de peau (squames), la salive ou les poils de certains animaux sont des facteurs déclenchants de crise d’asthme. Il est souvent difficile psychologiquement de se séparer de son animal domestique. En attendant de pouvoir le faire ou si cela est impossible, quelques mesures d’hygiène peuvent améliorer la situation :

  • Interdisez l’accès des animaux à votre chambre à coucher.
  • Supprimez les moquettes et les meubles recouverts de tissus qui peuvent retenir les poils.
  • Lavez votre animal toutes les semaines (en particulier le chat) : cela permet de diminuer la quantité d’allergène dans le logement.

Si ces mesures sont insuffisantes, il est préférable de trouver un autre foyer pour votre animal. Une fois l’animal parti, les allergènes demeurent dans l’habitat pendant plusieurs mois au niveau du mobilier, des tapis, des tentures (en particulier avec les allergènes du chat) : il faut donc procéder à un nettoyage minutieux.

Chez certains asthmatiques, il peut être contre-indiqué de faire de l'équitation (en cas d’allergie au poil de cheval).

Doit-on se débarrasser de son animal de compagnie lorsqu'on est asthmatique ?
S'il n'existe pas d'allergie démontrée à l'animal (pas de symptôme à son contact, tests cutanés négatifs), on peut garder l'animal à condition de lui interdire le plus possible les lieux de vie, et en particulier la chambre à coucher. La personne asthmatique risque en effet de se sensibiliser progressivement au contact de l'animal et d'y devenir allergique. Lorsque l'allergie à l'animal existe et qu'elle déclenche des symptômes, il est préférable de se séparer de son animal domestique.

Prévenir l'exposition aux cafards chez les asthmatiques

Des entreprises spécialisées proposent un traitement régulier des maisons et des appartements par des produits anti-cafards. Ce type d’intervention est efficace, mais il faut bien aérer les pièces ayant été traitées car l’inhalation de ces produits est susceptible de déclencher des crises d’asthme.

  • Disposez des pièges à cafards ou de la poudre anti-cafards derrière les meubles.
  • Maintenez votre cuisine et votre intérieur les plus propres possible.
  • Conservez tous les aliments dans des boîtes et des compartiments hermétiques, ne laissez pas traîner d'aliments non protégés.
  • Rangez les poubelles dans des lieux parfaitement fermés.
  • Évitez d’apporter des aliments dans les chambres à coucher.

Ces mesures doivent être maintenues après la disparition des insectes, au risque de voir la réapparition des blattes après quelques semaines.

Prévenir l'exposition aux moisissures chez les asthmatiques

Pour réduire l’exposition aux moisissures :

  • Supprimez les sources d’humidité en réparant les fuites d’eau.
  • La salle de bains et la cuisine doivent être aérées et ventilées régulièrement.
  • Évitez les habitations humides et situées à proximité d’un cours d’eau.
  • Supprimez les sources de moisissures : les surfaces sales doivent être nettoyées avec de l’eau de javel.
  • Vérifiez que la terre de vos plantes vertes n’est pas couverte de moisissures. Si c'est le cas, remplacez la terre de surface par du terreau neuf.
  • Jetez rapidement les aliments moisis.
  • Les humidificateurs constituent un réservoir pour le développement des moisissures ; ils doivent être nettoyés au moins deux fois par semaine avec une solution javellisée.
  • Conservez le bois de chauffage à l’extérieur de votre habitation.

Prévenir l'asthme d'effort lorsqu'on fait du sport

La prise d'un médicament bronchodilatateur une demi-heure avant un effort permet de prévenir la crise d’asthme provoquée par l'exercice physique. Certains médicaments ont une action spécifique sur l’asthme induit par l’exercice : les bronchodilatateurs de longue durée d’action et les antileucotriènes.

Certaines mesures permettent également de réduire les crises d’asthme d’effort :

  • Échauffez-vous progressivement pendant plusieurs minutes avant la pratique de l’effort (surtout quand il fait froid).
  • Évitez les efforts en extérieur lorsque la pollution de l’air est importante, par temps très froid ou lorsqu'il y a du brouillard.
  • Interrompez le sport quelques jours en cas d’aggravation de l’asthme (en raison d’une infection respiratoire, par exemple).

Chez les asthmatiques pour qui les crises induites par l’exercice physique ne sont pas contrôlées par les médicaments, il peut être contre-indiqué de pratiquer les courses d’endurance.

Prévenir les asthmes professionnels

Certaines professions peuvent être déconseillées aux personnes asthmatiques :

  • les métiers qui exposent à des produits irritants (peinture, teinturerie, coiffure, nettoyage industriel, etc.) ;
  • la profession vétérinaire, le toilettage d’animaux et les métiers de l’équitation ;
  • les métiers en piscine (maître-nageur, animateur d’aquagym, etc.) ;
  • la boulangerie.

Actualités

L'isolement est un des facteurs de risque de dépression chez les personnes âgées (illustration).

Dépression chez les personnes âgées : quel diagnostic ? Quelle prise en charge ?

Levée de l’interdiction de soins funéraires pour les personnes infectées par le VIH/Sida ou une hépatite

Les cas de gonorrhée multirésistante aux antibiotiques de référence augmentent à travers le monde

Augmentation rapide des cas de gonorrhées multirésistantes aux antibiotiques couramment utilisés