En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les médicaments du traitement de fond de l'asthme

Mis à jour : Jeudi 06 Juillet 2017

Plusieurs familles de médicaments sont utilisées dans le traitement de fond de l'asthme.

Les corticoïdes en traitement de fond de l'asthme

Les corticoïdes sont des médicaments anti-inflammatoires destinés à traiter l'inflammation chronique qui rend sensibles les bronches des personnes asthmatiques.

Utilisés le plus souvent sous forme inhalée (aérosol-doseur ou inhalateur de poudre), les corticoïdes sont essentiels dans le traitement de fond des personnes qui ont un asthme dit « persistant » (stades 2, 3 et 4). Pris tous les jours (en général, matin et soir), ces médicaments réduisent l’inflammation des bronches, contribuant ainsi à améliorer le passage de l’air.

Par ailleurs, les corticoïdes diminuent la sensibilité des bronches aux agents irritants, ce qui a pour effet de réduire le nombre de crises d'asthme. Lorsqu'on démarre un traitement par corticoïde inhalé, l'amélioration est progressive et ne sera pleinement ressentie qu'au bout de plusieurs semaines.

Qu'est-ce qu'une chambre d'inhalation ?
La chambre d'inhalation est un dispositif qui permet d’administrer un produit inhalé aux personnes, notamment les jeunes enfants, qui ont du mal à coordonner leur inspiration avec la libération de la dose de l’aérosol-doseur. Elle se présente sous la forme d’un récipient fermé sur lequel s'adapte un aérosol-doseur. Après avoir pulvérisé une ou plusieurs bouffées du médicament à l'intérieur de la chambre d'inhalation, il faut respirer plusieurs fois amplement et calmement l'air contenu à l'intérieur par l'intermédiaire de l‘embout buccal.

Les corticoïdes inhalés présentent moins de risque d'effets indésirables sérieux que les corticoïdes en comprimés. Leurs effets indésirables sont avant tout locaux et peu graves quoique parfois gênants : voix rauque ou apparition d’une mycose buccale (« muguet »). Ces effets indésirables peuvent être évités en se rinçant bien la bouche avec de l'eau après la prise du médicament.

Si vous ressentez ce type d'effets indésirables, n'hésitez pas à en parler avec votre médecin.

De manière plus rare et en cas d'utilisation prolongée à forte dose, les corticoïdes inhalés peuvent entraîner un risque de cataracte précoce, une déminéralisation accélérée des os (ostéoporose), une fragilité de la peau (favorisant l'apparition d'ecchymoses) ou un retard de croissance chez l’enfant.

Légende
Médicament générique

Parfois, les corticoïdes sont utilisés sous forme de comprimés, à la suite d’une crise sévère ou qui ne passe pas complètement malgré des prises répétées de bronchodilatateur d’action rapide (traitement de la crise). Un corticoïde utilisé en comprimé met toujours trois à quatre heures avant que son action ne se fasse sentir au niveau des bronches. Dans quelques rares cas d’asthme très sévère, un corticoïde en comprimés est à prendre tous les jours : la posologie est alors adaptée à chaque individu.

Les corticoïdes utilisés en comprimés sur de longues périodes peuvent également être à l’origine d’effets indésirables : fragilité des os (ostéoporose), prise de poids, hypertension artérielle, fonte des muscles, acné, amincissement de la peau favorisant l’apparition d’ecchymoses, de cataracte ou de diabète.

Légende
Médicament générique

Les bronchodilatateurs à longue durée d'action dans le traitement de fond de l'asthme

Les bronchodilatateurs agissent en relâchant les muscles qui entourent les bronches. Les bronches peuvent alors se dilater, ce qui facilite le passage de l’air.

Certains bronchodilatateurs sont dits « à longue durée d’action », car ils agissent de façon prolongée (pendant 12 heures par voie inhalée et pendant 24 heures pour les comprimés). Ces médicaments sont utilisés en traitement de fond quotidien, toujours associés au traitement corticoïde inhalé. Ils sont disponibles sous forme inhalée, pris matin et soir, ou sous forme de comprimés, plus faciles à utiliser chez les personnes âgées.

Les effets indésirables des bronchodilatateurs bêta-2 stimulants à longue durée d'action utilisés par voie inhalée sont rares et sans gravité. Il peut s’agir de tremblements avec sensation d’excitation, de crampes musculaires ou de palpitations du cœur lorsque de grandes quantités de médicament sont inhalées. À fortes doses, ils peuvent entraîner des complications cardiaques avec des troubles du rythme chez des personnes âgées ou ayant une maladie cardiovasculaire.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Bronchodilatateurs bêta-2 stimulants d'action prolongée : comprimés

Légende
Médicament générique

Les traitements de fond combinés de l'asthme

Le traitement de fond de nombreuses personnes asthmatiques comporte quotidiennement un corticoïde et un bronchodilatateur de longue durée d’action à prendre par voie inhalée. Il existe des médicaments qui associent ces deux types de substances dans un seul et même système d'inhalation afin de simplifier la prise du traitement de fond.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Associations de corticoïdes et bronchodilatateurs d'action prolongée

Le montélukast en traitement de fond de l'asthme

Les leucotriènes sont des substances naturellement produites dans les bronches des personnes asthmatiques et qui participent à accroître l’inflammation et à contracter les muscles qui entourent les bronches. Les antileucotriènes sont des substances qui les empêchent d’agir et qui sont susceptibles de réduire l’inflammation et l’obstruction des bronches.

Le seul représentant des antileucotriènes actuellement commercialisé est le montélukast. Il doit être pris tous les jours, par voie orale. Il est utilisé :

  • chez les patients présentant un asthme persistant léger à modéré, insuffisamment contrôlé, en addition des corticoïdes inhalés et, si nécessaire, des bronchodilatateurs bêta-2 mimétiques ;
  • chez les patients présentant un asthme persistant léger, en alternative aux corticoïdes inhalés à dose faible ;
  • chez les patients présentant un asthme induit par l'effort, en traitement préventif (en prise au long cours).
Légende
Médicament générique

Le tiotropium en traitement de fond de l'asthme

Le tiotropium est un bronchodilatateur de longue durée d’action de la famille des anticholinergiques. Il est utilisé par voie inhalée en traitement continu en complément du traitement par corticoïde et bronchodilatateur bêta-2 stimulant de longue durée d’action chez les adultes qui ont présenté des épisodes d’exacerbation d’asthme. Il représente une alternative aux corticoïdes par voie orale ou à la théophylline.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Bronchodilatateurs anticholinergiques

L'omalizumab en traitement de fond de l'asthme

L’omalizumab est un anticorps monoclonal qui est prescrit chez les patients atteints d'asthme allergique persistant sévère et résistant à un traitement quotidien par un corticoïde inhalé à forte dose et un bronchodilatateur inhalé à longue durée d'action.

Il est injecté par voie sous-cutanée, sans dépasser deux injections par mois. C'est un médicament à prescription initiale hospitalière, réservée aux spécialistes en pneumologie ou en pédiatrie.

Les effets indésirables de l'omalizumab sont surtout des maux de tête, des douleurs au point d'injection et, chez les enfants, des maux de ventre et de la fièvre.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Anticorps monoclonal : omalizumab

La théophylline en traitement de fond de l'asthme

La théophylline est un bronchodilatateur très ancien, administré sous forme orale. La théophylline à libération prolongée (sous forme de comprimé ou de gélule) est indiquée dans le traitement de fond de l’asthme, mais elle est de moins en moins utilisée en raison de ses effets indésirables et de ses interactions médicamenteuses. En effet, la théophylline peut être à l’origine de nombreux effets indésirables parmi lesquels l’excitation, l’insomnie, les tremblements, la survenue de maux de tête, des troubles digestifs comme les nausées ou les vomissements, et éventuellement des palpitations avec une accélération des battements du cœur (tachycardie). Elle peut occasionner des effets toxiques (digestifs, cardiaques, etc.) en cas de surdosage. Dans les cas extrêmes, des convulsions peuvent survenir.

Enfin, la théophylline interagit avec de nombreux autres médicaments (certains antibiotiques, le millepertuis, etc.), ainsi qu'avec le tabac et les boissons contenant de la caféine.

La théophylline à libération immédiate (sous forme de sirop) n’a pas sa place dans le traitement de fond de l’asthme d’après la Haute autorité de santé (HAS).

La bamifylline est une substance apparentée à la théophylline qui a également une indication dans l’asthme.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Théophylline à libération prolongée

Les cromones en traitement de fond de l'asthme

L’acide cromoglicique appartient à la famille des cromones. Il peut être prescrit dans l'asthme persistant léger comme traitement continu anti-inflammatoire. Son rapport bénéfice/risques est inférieur à celui des corticoïdes inhalés. Il se présente sous forme inhalée et exerce une action locale au niveau de la muqueuse bronchique.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

Cromones

Actualités

Après un diagnostic initial erroné de diabète de type 2, Theresa May, Premier Ministre britannique, a été diagnostiquée à l'âge de 58 ans d'un diabète de type 1 (illustration : Photographie de Steve Parsons / PA, 2013, The Guardian).

Diagnostic d'un diabète après 30 ans : il faudrait toujours envisager la possibilité d'un type 1

Le jeûne et les régimes restrictifs ne sont pas recommandés pour prévenir ou guérir le cancer (illustration).

Cancer : le jeûne et les régimes restrictifs non recommandés faute de démonstration de leur utilité

Les corticoïdes inhalés sont le traitement de fond de référence de l'asthme modéré de l'enfant (illustration).

Asthme de l'enfant : impact de la prise de corticoïdes, inhalés ou non, sur le risque de fractures