Les traitements de la crise d'asthme

Mis à jour : Vendredi 06 Mars 2020

La crise d'asthme nécessite un traitement rapide visant à dilater les bronches, pour augmenter la circulation de l'air dans les poumons, et visant à réduire l'inflammation des bronches.

Les bronchodilatateurs d'action rapide sous forme inhalée

Les bronchodilatateurs d'action rapide agissent en relâchant les muscles qui entourent les bronches, facilitant le passage de l’air et permettant ainsi de soulager rapidement la respiration. Leur action est rapide (quelques minutes) et limitée dans le temps (quatre à six heures).

Les effets indésirables des bronchodilatateurs d'action rapide utilisés par voie inhalée sont rares. Il peut s’agir de tremblements avec sensation d’excitation, de crampes musculaires ou de palpitations du cœur lorsque de grandes quantités de médicaments sont inhalées.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 18 Février 2020

Bronchodilatateurs d'action brève : bêta-2 stimulants

Les bronchodilatateurs d'action rapide en nébulisation

En cas de crise d’asthme intense et inhabituelle, les bronchodilatateurs bêta-2 stimulants peuvent être utilisés par les services d’urgence sous forme de solution pour nébulisation. Ils sont utilisés lorsque la crise d’asthme ne cède pas après plusieurs prises de bronchodilatateurs d’action brève avec le système inhalé habituel. Ils sont habituellement associés à un autre type de bronchodilatateurs appelés anticholinergiques.

Dans le cadre d'un traitement d'urgence, les bronchodilatateurs bêta-2 stimulants peuvent également être utilisés par voie injectable à l'hôpital.

Les corticoïdes dans le traitement de la crise d'asthme

Les corticoïdes, appartenant à la famille des médicaments anti-inflammatoires, sont parfois utilisés sous forme de comprimés à la suite d’une crise sévère ou qui ne cesse pas complètement malgré des prises répétées de bronchodilatateurs d’action rapide. Pour une crise d’asthme aigu grave, le médecin peut prescrire des corticoïdes injectables, qui seront pris pendant quelques jours après la crise.

Dans le traitement de la crise d’asthme, les corticoïdes en comprimés sont généralement prescrits pour une courte durée, en particulier après une crise sévère. La survenue d’effets indésirables est limitée.

Légende
Médicament générique

Le bromure d'ipratropium inhalé

Il s'agit d'un bronchodilatateur anticholinergique (atropinique). Son effet est moins puissant que celui des bronchodilatateurs bêta-2 mimétiques. Il est utilisé dans le traitement des crises et des poussées d'asthme, en complément d'un bronchodilatateur bêta-2 mimétique d'action rapide inhalé.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 18 Février 2020

Associations de bronchodilatateurs d’action brève

Bronchodilatateurs d'action brève : anticholinergiques

La trousse d'urgence d'un asthmatique

La trousse d’urgence d’une personne asthmatique comporte les traitements d’urgence prescrits par son médecin. Cette trousse doit accompagner le patient en vacances ou lors de déplacements éloignés. On y trouve généralement :

  • le bronchodilatateur d’action rapide avec, au besoin, une chambre d’inhalation ;
  • le débitmètre de pointe ;
  • le nom et le numéro de téléphone du médecin de famille et du pneumologue.

D’autres éléments de la trousse d’urgence varient selon le patient et ses particularités :

  • un bronchodilatateurs bêta-2 mimétique injectable par voie sous-cutanée ;
  • le matériel pour réaliser cette injection sous-cutanée (aiguilles et seringues de 2 ml, compresses alcoolisées pour désinfecter la peau) ;
  • des corticoïdes en comprimés.

Chez certaines personnes qui font par ailleurs des réactions allergiques susceptibles d’être dangereuses, comme des œdèmes de Quincke ou des chutes de pression artérielle (choc), la trousse peut également comporter de l’adrénaline injectable.

Actualités

Écorces de quinquina : Cinchona officinalis (illustration @H. Zell sur Wikimedia).

Chloroquine… une histoire… d’avenir ?

Seulement deux cas rapportés à Hong Kong

COVID-19 et animaux domestiques : que dire à ses patients ?

Ne pas interrompre les traitements immunomodulateurs à titre préventif (illustration).

COVID-19 et maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, pas de panique