En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Causes et prévention de la BPCO

Mis à jour : Jeudi 11 Mai 2017

Quelles sont les causes de la BPCO ?

Le tabagisme est la cause de 90 % des BPCO. Le tabac entraîne la production d’une quantité excessive du mucus dans les bronchioles, ce qui favorise les infections bronchiques. Ces infections augmentent à leur tour la production de mucus et maintiennent l’inflammation des bronches et des bronchioles. Tous les fumeurs ne sont pas égaux face à la BPCO : à tabagisme égal, seuls 20 à 30 % des fumeurs développeront cette maladie.

La BPCO est une maladie professionnelle dans 10 % des cas : l’exposition répétée à certains solvants, aux poussières de ciment et de silice, à certains produits agricoles et aux produits de la mine augmente le risque de développer cette maladie. Enfin, il existe une forme héréditaire de BPCO et d’emphysème, mais elle reste rare.

 

appareil respiratoire
Schéma bronchioles et alvéoles

 

Peut-on prévenir la BPCO ?

La prévention de la BPCO repose sur l’arrêt du tabac et la réduction de l’exposition à la fumée des autres. Il n’est jamais trop tard, même si le diagnostic est déjà fait. Cela évite d’aggraver l’état des poumons. Quelques mesures simples peuvent contribuer à maintenir de bonnes habitudes respiratoires.

  • Respirez sainement. Évitez les zones enfumées et polluées. Consultez les bulletins de qualités de l’air et, les jours où celui-ci est pollué, faites moins d’effort. Si vous faites de la course à pied, courez le matin tôt et évitez la proximité des grands axes.
  • Respirez efficacement. Pour augmenter vos capacités respiratoires, apprenez à respirer par l’abdomen. Cet apprentissage est plus facile à faire couché. Placez vos mains de chaque côté du nombril, relaxez vos muscles abdominaux puis inspirez profondément par le nez en gonflant le ventre. Vous devez sentir vos mains monter. Expirez par la bouche en maintenant les lèvres presque fermées.
  • Soufflez des bougies. Imaginez-vous devant une bougie allumée. Inspirez profondément, fermez presque complètement vos lèvres et entraînez-vous à expirer autant d’air que possible.
  • Faites de l’exercice. L’activité physique ne soigne pas les causes de la maladie mais elle améliore l’endurance et permet donc d’être plus actif en se sentant moins fatigué. Faites de la marche tous les jours à votre rythme.
  • Habillez-vous confortablement. Évitez les ceintures qui compriment le ventre et les vêtements trop serrés qui empêchent de respirer profondément.
  • Surveillez la météo. Un air trop chaud ou trop froid renforce la difficulté à respirer. Si vous le pouvez, restez au frais par temps chaud ou sortez dans des lieux climatisés. Lorsqu’il fait froid, demeurez à l’intérieur. Si vous devez sortir, enveloppez votre nez et votre bouche avec une écharpe pour réchauffer l’air que vous respirez.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?