En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les médicaments de la BPCO

Mis à jour : Mardi 20 Novembre 2018

Les médicaments ne permettent pas de guérir la BPCO. Ils visent à diminuer les signes de la maladie (notamment l’essoufflement) et à réduire la fréquence et la gravité des complications.

Les bronchodilatateurs dans le traitement de la BPCO

Les bronchodilatateurs sont des médicaments qui luttent contre la contraction anormale des muscles de la paroi des bronches. Egalement utilisés dans l’asthme, ils permettent de soulager les symptômes de la BPCO, notamment la gêne respiratoire. Ils sont administrés selon les cas par voie inhalée ou par voie orale. Le choix du médicament dépend du soulagement observé et des effets indésirables.

    Les bronchodilatateurs appartiennent à deux grandes familles de médicaments :
  • les bêta-2 stimulants, qui sont apparentés à l’adrénaline. Ils luttent contre la contraction des muscles des bronches. Leurs effets indésirables les plus fréquents sont les maux de tête, les palpitations, les tremblements, une irritation légère de la gorge, une toux et un enrouement.
  • les anticholinergiques (ou atropiniques). Les principaux effets indésirables sont une sécheresse de la bouche ou une irritation de la gorge.

Les bronchodilatateurs se distinguent également selon leur durée d’action qui peut être soit rapide, soit prolongée.

Les bronchodilatateurs à courte durée d'action

Les bronchodilatateurs à courte durée d'action sont destinés aux périodes d'aggravation de la gêne respiratoire. Ils sont administrés par voie inhalée avec un aérosol doseur ou, plus rarement, avec un nébuliseur (appareil pour nébulisation). Ils sont pris à la demande.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 18 Octobre 2018

Associations de bronchodilatateurs d’action brève

Légende
Médicament générique

Les bronchodilatateurs à longue durée d'action

Les bronchodilatateurs à action prolongée sont utilisés dans le traitement continu (traitement de fond) de la BPCO. Ils sont prescrits lorsque l'essoufflement persiste malgré l'utilisation d'un bronchodilatateur d'action rapide plusieurs fois par jour. Ils sont administrés par voie inhalée ou par voie orale. Les bronchodilatateurs par voie inhalée sont privilégiés en raison de leur meilleure tolérance.

Les bronchodilatateurs bêta-2 agonistes d'action prolongée s'administrent en une ou deux prises par jour selon les substances. Les bronchodilatateurs anticholinergiques d’action prolongée ont des effets de plus longue durée, ce qui permet une prise unique quotidienne.

Des associations de bronchodilatateurs d’action prolongée (un bronchodilatateur bêta-2 stimulant et un bronchodilatateur anticholinergique) peuvent être proposées chez des patients insuffisamment soulagés par un bronchodilatateur d’action prolongée utilisé seul. Elles visent à améliorer le suivi du traitement en diminuant le nombre de médicaments à prendre.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 18 Octobre 2018

Associations de bronchodilatateurs d’action prolongée

Bronchodilatateurs anticholinergiques d'action prolongée

Bronchodilatateurs bêta-2 stimulants d'action prolongée : comprimés

Légende
Médicament générique

Les associations de corticoïdes et de bronchodilatateurs par voie inhalée

Les associations contenant un corticoïde et un bronchodilatateur

Les corticoïdes inhalés sont destinés à diminuer l'inflammation des bronches. Dans le traitement de la BPCO, ils sont utilisés uniquement en association à des bronchodilatateurs de longue durée d’action. L’utilisation de ces associations n’est conseillée que chez les patients ayant une bronchite chronique sévère.

Les corticoïdes inhalés augmentent le risque de survenue d’infections respiratoires, en particulier de pneumonies. En cas d’aggravation des symptômes respiratoires (augmentation de la toux, de l’essoufflement ou de l’expectoration), il faut prendre rapidement un avis médical.

Les autres effets indésirables possibles des corticoïdes inhalés sont une candidose de la bouche et de la gorge, un enrouement, une voix rauque. Ces effets peuvent être prévenus en se rinçant la bouche avec de l'eau après l’inhalation.

Les associations contenant un corticoïde et deux bronchodilatateurs

Lorsque l’association d’un corticoïde et d’un bronchodilatateur bêta-2 agoniste d’action prolongée ne permet pas de soulager de façon suffisante la bronchite chronique, il est possible d’ajouter un bronchodilatateur anticholinergique. Des médicaments contenant une triple association de substances sont désormais disponibles et peuvent être une alternative à la prise séparée de trois médicaments notamment en cas de bronchite chronique grave.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 18 Octobre 2018

Associations de corticoïdes et bronchodilatateurs d'action prolongée

La théophylline dans le traitement de la BPCO

La théophylline est un bronchodilatateur ancien, pris par voie orale. Son utilisation est limitée en raison de ses effets indésirables (maux de tête, agitation, insomnie, accélération du cœur, troubles digestifs) et de ses nombreuses interactions médicamenteuses.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 18 Octobre 2018

Théophylline à libération immédiate

Théophylline à libération prolongée

Pas d’antitussif sans avis médical !
La bronchite chronique s’accompagne souvent d’une toux grasse et persistante. Il ne faut jamais prendre d’antitussifs sans avis médical, car la toux permet d’évacuer les mucosités. De plus, les antitussifs contenant un opiacé (codéine, dextrométorphane…) sont contre-indiqués en cas de BPCO ; ils peuvent aggraver l’insuffisance respiratoire. Les fluidifiants bronchiques doivent être pris uniquement selon la prescription de votre médecin.

Actualités

La névralgie du trijumeau est plus fréquente chez les femmes de plus de 50 ans. Elle se caractérise par des douleurs violentes, en général unilatérales, situées sur le territoire d\\\'une branche du nerf V (illustration).

Névralgie du trijumeau : premières recommandations françaises sur le diagnostic et la prise en charge

L\'INCa publie une fiche sur le repérage de la souffrance psychique chez les personnes atteintes de cancer (illustration).

Souffrance psychique et cancer : l’INCa publie une fiche synthétique pour les médecins généralistes

La nouvelle recommandation de la HAS a été rendue publique le 23 octobre 2018.

Dépistage systématique et ciblé des infections à Chlamydia trachomatis : la HAS modifie ses recommandations