En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les médicaments de la BPCO

Mis à jour : Jeudi 07 Juin 2018

Les médicaments ne permettent pas de guérir la BPCO. Ils visent à diminuer les signes de la maladie (notamment l’essoufflement) et à réduire la fréquence et la gravité des complications.

Les bronchodilatateurs dans le traitement de la BPCO

Les bronchodilatateurs sont des médicaments qui luttent contre la contraction anormale des muscles de la paroi des bronches. Egalement utilisés dans l’asthme, ils permettent de soulager les symptômes de la BPCO, notamment la gêne respiratoire. Ils sont administrés selon les cas par voie inhalée ou par voie orale. Le choix du médicament dépend du soulagement observé et des effets indésirables.

    Les bronchodilatateurs appartiennent à deux grandes familles de médicaments :
  • les bêta-2 stimulants, qui sont apparentés à l’adrénaline. Ils luttent contre la contraction des muscles des bronches. Leurs effets indésirables les plus fréquents sont les maux de tête, les palpitations, les tremblements, une irritation légère de la gorge, une toux et un enrouement.
  • les anticholinergiques (ou atropiniques). Les principaux effets indésirables sont une sécheresse de la bouche ou une irritation de la gorge.

Les bronchodilatateurs se distinguent également selon leur durée d’action qui peut être soit rapide, soit prolongée.

Les bronchodilatateurs à courte durée d'action

Les bronchodilatateurs à courte durée d'action sont destinés aux périodes d'aggravation de la gêne respiratoire. Ils sont administrés par voie inhalée avec un aérosol doseur ou, plus rarement, avec un nébuliseur (appareil pour nébulisation). Ils sont pris à la demande.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 24 Juillet 2018

Associations de bronchodilatateurs d’action brève

Légende
Médicament générique

Les bronchodilatateurs à longue durée d'action

Les bronchodilatateurs à action prolongée sont utilisés dans le traitement continu (traitement de fond) de la BPCO. Ils sont prescrits lorsque l'essoufflement persiste malgré l'utilisation d'un bronchodilatateur d'action rapide plusieurs fois par jour. Ils sont administrés par voie inhalée ou par voie orale. Les bronchodilatateurs par voie inhalée sont privilégiés en raison de leur meilleure tolérance.

Les bronchodilatateurs bêta-2 agonistes d'action prolongée s'administrent en une ou deux prises par jour selon les substances. Les bronchodilatateurs anticholinergiques d’action prolongée ont des effets de plus longue durée, ce qui permet une prise unique quotidienne.

Des associations de bronchodilatateurs d’action prolongée (un bronchodilatateur bêta-2 stimulant et un bronchodilatateur anticholinergique) peuvent être proposées chez des patients insuffisamment soulagés par un bronchodilatateur d’action prolongée utilisé seul. Elles visent à améliorer le suivi du traitement en diminuant le nombre de médicaments à prendre.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 24 Juillet 2018

Associations de bronchodilatateurs d’action prolongée

Bronchodilatateurs anticholinergiques d'action prolongée

Bronchodilatateurs bêta-2 stimulants d'action prolongée : comprimés

Légende
Médicament générique

Les associations de corticoïdes et de bronchodilatateurs par voie inhalée

Les corticoïdes inhalés sont destinés à diminuer l'inflammation des bronches. Dans le traitement de la BPCO, ils sont utilisés uniquement en association à des bronchodilatateurs de longue durée d’action. L’utilisation de ces associations n’est conseillée que chez les patients ayant une bronchite chronique sévère.

Les corticoïdes inhalés augmentent le risque de survenue d’infections respiratoires, en particulier de pneumonies. En cas d’aggravation des symptômes respiratoires (augmentation de la toux, de l’essoufflement ou de l’expectoration), il faut prendre rapidement un avis médical.

Les autres effets indésirables possibles des corticoïdes inhalés sont une candidose de la bouche et de la gorge, un enrouement, une voix rauque. Ces effets peuvent être prévenus en se rinçant la bouche avec de l'eau après l’inhalation.

La théophylline dans le traitement de la BPCO

La théophylline est un bronchodilatateur ancien, pris par voie orale. Son utilisation est limitée en raison de ses effets indésirables (maux de tête, agitation, insomnie, accélération du cœur, troubles digestifs) et de ses nombreuses interactions médicamenteuses.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 24 Juillet 2018

Théophylline à libération immédiate

Théophylline à libération prolongée

Pas d’antitussif sans avis médical !
La bronchite chronique s’accompagne souvent d’une toux grasse et persistante. Il ne faut jamais prendre d’antitussifs sans avis médical, car la toux permet d’évacuer les mucosités. De plus, les antitussifs contenant un opiacé (codéine, dextrométorphane…) sont contre-indiqués en cas de BPCO ; ils peuvent aggraver l’insuffisance respiratoire. Les fluidifiants bronchiques doivent être pris uniquement selon la prescription de votre médecin.

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité