En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Bronchite aiguë

Mis à jour : Vendredi 27 Janvier 2017

Affection classique de l’hiver, la bronchite aiguë s’avère généralement bénigne et ne provoque qu’une toux, parfois gênante. Elle doit toutefois être surveillée et traitée, notamment chez les personnes souffrant de maladies pulmonaires chroniques. Des mesures simples et des médicaments permettent d’en atténuer les symptômes.

Quels sont les symptômes de la bronchite aiguë ?

toux

La bronchite aiguë commence souvent avec une petite toux sèche. Ensuite apparaissent des glaires, d’abord limpides ou blanchâtres. En cas de surinfection bactérienne, les sécrétions deviennent jaunâtres et purulentes. Une bronchite aiguë s’accompagne souvent d’autres symptômes, tels que fièvre, maux de tête, courbatures, rhume, sinusite et maux de gorge. Elle peut aussi être associée à une trachéite, une inflammation infectieuse de la muqueuse qui tapisse la trachée. La bronchite aiguë provoque des crises de toux douloureuses qui disparaissent normalement en quelques jours. Elle peut toutefois être à l’origine d’une toux résiduelle persistante.

La bronchite touche les grosses bronches. Chez les enfants de moins de deux ans, l’inflammation touche les bronches les plus petites (les bronchioles). Cette maladie respiratoire due à un virus est appelée bronchiolite. Même si elle reste souvent bénigne, cette inflammation nécessite un traitement particulier

Quelles sont les complications éventuelles de la bronchite aiguë ?

La bronchite aiguë peut évoluer vers la pneumonie (une infection respiratoire, non plus des bronches seules, mais du tissu pulmonaire), surtout chez les personnes âgées ou chez celles dont le système de défense immunitaire est affaibli. Si la toux est accompagnée d’une forte fièvre durant plus de 48 heures, on peut suspecter une pneumonie.

Actualités

L'étude Vican5 a été réalisée par l'Inserm et publiée le 20 juin 2018 sur le site de l'Inca.

VICAN5 : 5 ans après un diagnostic de cancer, 33 % des patients n’ont pas de suivi en médecine générale

Les troubles de l'érection sont associés à un risque cardiovasculaire deux fois plus élevé chez les hommes de plus de 60 ans (illustration).

Risque cardiovasculaire : nouvelles données favorables à une valeur prédictive de la dysfonction érectile

La téléconsultation sera remboursable pour l'ensemble des Français à partir du 15 septembre 2018 (illustration).

Téléconsultation par vidéo remboursée à partir de septembre 2018, télé-expertise rémunérée début 2019