En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Causes et prévention de la coqueluche

Mis à jour : Mardi 18 Octobre 2016

Quelle est la cause de la coqueluche ?

La coqueluche est due à une bactérie Bordetella pertussis. Cette bactérie se transmet lors du contact avec une personne malade par les gouttelettes provenant du nez ou de la bouche lorsqu’elle tousse.

Le malade est surtout contagieux pendant la première semaine de la maladie. Il reste contagieux trois semaines en l’absence de traitement, mais seulement cinq jours après l’instauration d’un traitement antibiotique. La coqueluche se développe par petites épidémies, surtout au sein d’une famille ou au sein de collectivités (crèche, école).
Il est possible d’avoir plusieurs fois la coqueluche dans sa vie.

Comment prévenir la coqueluche ?

Les vaccins en prévention contre la coqueluche

Le meilleur moyen de prévention contre la coqueluche reste la vaccination, même si l'immunité obtenue par la vaccination n’est pas acquise à vie.

Le premier vaccin contre la coqueluche est arrivé en France en 1959. La généralisation de la vaccination contre la coqueluche s'est faite à partir de 1966 et a entraîné une chute importante du nombre de cas. Néanmoins, depuis les années 1990, on observe une recrudescence de la maladie. En effet, à l’inverse de nombreuses maladies infantiles, il est possible d’avoir plusieurs fois la coqueluche durant sa vie. De plus, si le vaccin est efficace, l’immunité obtenue ne dure qu’une dizaine d’années. Ainsi, il a été signalé des cas de nourrissons non encore protégés par la vaccination contaminés par des adultes et d'adolescents ayant perdu leur immunité. Les autorités sanitaires ont donc modifié les recommandations vaccinales et préconisent depuis 2014 un rappel du vaccin contre la coqueluche chez les adultes susceptibles de devenir parents dans les mois ou les années à venir ou au moment du rappel Tétanos Polio.

Les vaccins contre la coqueluche disponibles en France ne contiennent pas la bactérie, mais uniquement des antigènes de la bactérie. Ils sont dits "acellulaires". Ils sont toujours combinés à d'autres vaccins, notamment contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP).

Le vaccin contre la coqueluche est pris en charge par l’Assurance maladie à 65 % (le reste étant généralement remboursé par les assurances santé complémentaires comme les mutuelles). A noter que l’acte de vaccination lui-même (la consultation et l’injection) est remboursé à 100 % par l’Assurance maladie. Les centres de la PMI (Protection maternelle et infantile) vaccinent gratuitement sans que les parents aient à apporter le vaccin avec eux.

Si un enfant contracte la coqueluche, cela ne le dispense pas d’être vacciné.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 18 Octobre 2018

Vaccins : diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche

Vaccins : diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, infections à Haemophilus influenzae type b

Vaccins : diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, infections à Haemophilus influenzae type b, hépatite B

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les antibiotiques en prévention pour l'entourage

Des antibiotiques sont systématiquement prescrits aux personnes de l’entourage proche du malade si elles ne sont pas vaccinées ou si elles ont reçu un rappel depuis plus de 5 ans. En cas de contact occasionnel avec le malade, le traitement antibiotique préventif est réservé aux personnes qui présentent un risque de développer des complications, comme les femmes enceintes ou les personnes souffrant de maladie respiratoire chronique ou de déficit immunitaire.

Actualités

Lymphodème du bras modéré à gauche, avancé à droite (© NEJM 2018).

Traitement du cancer du sein : comment prévenir et, si besoin, traiter un lymphoedème du bras ?

Le dosage de l\'HbA1c permet d\'évaluer la glycémie moyenne sur plusieurs mois, du moins en l\'absence d\'anomalie des globules rouges (illustration).

Diabète de type 2 : que faire lorsqu'une variation de l’HbA1c n’est pas due à la glycémie ?

L\\\'exercice physique adapté améliore la cicatrisation des ulcères de jambe veineux (illustration).

Ulcère de jambe veineux : l’activité physique adaptée améliore significativement la cicatrisation