En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Les causes de la grippe

Mis à jour : Vendredi 17 Mars 2017

Quelles sont les causes de la grippe ?

Les simples refroidissements, tout comme la grippe, sont causés par les virus influenza, classés en 3 groupes : A, B et C. Ceux qui sont le plus fréquemment impliqués dans la grippe sont ceux du groupe A. Ces virus évoluent régulièrement. Ils se transmettent aisément d’une personne à l’autre par les minuscules gouttelettes projetées dans l’air en éternuant ou en toussant. Ils peuvent également être transmis par contact avec des objets souillés (poignée de porte, téléphone…) par une personne malade. C’est notamment pour cela qu’ils se manifestent plus fréquemment à la mauvaise saison où les locaux sont moins aérés et où nous vivons les uns près des autres dans des milieux confinés, ce qui facilite la contagion.

La période d'incubation du virus de la grippe dure de 24 à 48 heures. Après cette période d'incubation, les premiers symptômes apparaissent. Une personne grippée est contagieuse pendant environ six jours, y compris le jour qui précède le début de ses symptômes.

La grippe, une maladie sous surveillance
La grande instabilité des virus de la grippe et leur capacité à se propager ont conduit les autorités sanitaires internationales à mettre en place depuis 1952 une surveillance épidémiologique et virologique de la grippe. Il existe en France un système de surveillance de la grippe assuré par l'Agence nationale de santé publique (Santé publique France). Le dispositif repose sur un réseau de médecins de ville (médecins généralistes, pédiatre…) et de médecins hospitaliers, urgentistes…. Ils fournissent pendant la période d’épidémie le décompte du nombre de malades reçus, le type de virus incriminé, les complications observées... Ces données sont rassemblées et un bulletin hebdomadaire, consultable sur le site de l’Invs, est publié chaque semaine.

Et la grippe aviaire ?

La grippe aviaire est une infection virale due à des virus influenza A. Elle peut toucher certaines espèces d’oiseaux sauvages ou domestiques. Elle est fortement contagieuse chez les poulets et les dindes et la pandémie de grippe aviaire peut faire des ravages en se propageant d’un élevage à un autre.

Comme le virus de la grippe humaine (ces virus sont de la même famille), celui de la grippe aviaire mute régulièrement et engendre ainsi des souches plus ou moins virulentes qui se propagent rapidement. La souche H5N1, responsable de l’épidémie actuelle, a fait son apparition à Hong-Kong en 1997. Elle peut infecter certains mammifères comme le porc ou, exceptionnellement l’homme, en cas de contacts étroits, prolongés et répétés avec des animaux malades ou morts, ou avec leurs déjections. Les personnes les plus exposées sont les professionnels de l’élevage qui travaillent dans une zone contaminée. Le risque reste très limité pour les voyageurs dans la mesure où ils n’entrent pas en contact avec ces animaux.

Chez l’homme, les symptômes sont semblables à ceux de la grippe humaine mais le risque de complications est élevé : troubles respiratoires sévères, voire fatals. Le traitement vise avant tout à soulager les symptômes, même si certains antiviraux peuvent également être utilisés.

La souche H5N1 n’a pas entraîné jusqu’à présent d’épidémie humaine (même si la transmission d’homme à homme semble possible). Si elle accumulait suffisamment de mutations pour devenir aisément transmissible d’homme à homme, elle pourrait être à l’origine d’une grave pandémie à travers le monde, ce qui explique les mesures adoptées par de nombreux gouvernements.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères