En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les traitements de la grippe

Mis à jour : Vendredi 15 Décembre 2017

Comment soigne-t-on la grippe ?

Dans tous les cas, il est recommandé de se reposer et de se réhydrater. Le traitement médicamenteux repose essentiellement sur le traitement des symptômes et consiste à prendre des médicaments contre la fièvre (antipyrétiques) : paracétamol, aspirine (sauf chez l'enfant) ou certains AINS tels que l'ibuprofène. Il est recommandé de ne pas associer plusieurs médicaments, mais plutôt de ne prendre qu'un seul médicament pour éviter tout surdosage.

En cas de toux importante, des médicaments antitussifs peuvent être prescrits le cas échéant. La liste des antitussifs utilisables chez l'adulte est consultable ici.

Il existe des antiviraux spécifiques de la grippe. Ils peuvent atténuer les symptômes et réduire la durée de la maladie. Mais, ils ne sont efficaces que s'ils sont pris dans les 48 heures qui suivent l'apparition des premiers symptômes.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 20 Novembre 2018

Antiviraux : grippe

Légende
Médicament générique

Comment soigne-t-on un refroidissement ?

En cas d'état grippal du à un refroidissement, des médicaments associant un antihistaminique et du paracétamol peuvent être utilisés pour soulager l'écoulement nasal, le larmoiement, les maux de tête et la fièvre.

Des médicaments homéopathiques et des oligoéléments sont également traditionnellement proposés pour prévenir ou traiter les états grippaux.

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Actualités

Repérage de vésicules cutanées évocatrices d'un zona (illustration).

Zona : synthèse des bonnes pratiques sur les connaissances, la prévention et la prise en charge

Les 10 articles de VIDAL les plus lus par les médecins en 2018

Arbre décisionnel pour l'hyperéosinophilie (complet et plus lisible ci-dessous), adapté de M Van Balkum et al., décembre 2018.

L’hyperéosinophilie, un "challenge diagnostique" en l’absence de cause évidente