En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Légionellose

Mis à jour : Lundi 24 Mars 2014

La légionellose est une infection respiratoire due à une bactérie présente dans les eaux douces tièdes ou chaudes. Elle s'observe plus fréquemment chez les personnes âgées ou fragilisées par une maladie ou certains traitements. Depuis une quinzaine d'années, la légionellose fait l'objet d'un plan de prévention en France. Un traitement antibiotique adapté et mis en place rapidement permet la guérison.

Qu'appelle-t-on légionellose ?

homme alité avec de la fièvre

La légionellose est une infection potentiellement grave causée par une bactérie, la légionnelle. Cette infection peut prendre deux formes :

  • une forme ressemblant à la grippe, dite « fièvre de Pontiac » qui est sans gravité et jamais mortelle. Elle passe le plus souvent inaperçue ou se traduit par un syndrome de type grippal (fièvre, fatigue, douleurs musculaires). La guérison survient spontanément en quelques jours.
  • une forme pulmonaire, dite également « maladie du légionnaire », la plus connue et la plus grave. La bactérie se multiplie dans les alvéoles pulmonaires (les petits sacs en forme de ballons situés à l’extrémité des bronchioles et qui permettent l’échange d’oxygène et de dioxyde de carbone avec le sang). Cette prolifération de légionnelles provoque une infection des poumons (pneumonie) et des difficultés respiratoires potentiellement graves. Sans traitement adapté, la légionellose pulmonaire peut s’avérer mortelle (chez environ un patient sur dix et jusqu’à un cas sur sept chez les patients immunodéprimés). Cette forme de légionellose est plus fréquemment observée en été et en automne. Elle fait partie des maladies à déclaration obligatoire, ce qui permet de suivre sa fréquence.
La maladie du légionnaire
La légionellose doit son nom à une épidémie survenue en 1976 lors du 58ème congrès de l'American Legion à Philadelphie où 182 anciens combattants ont souffert de cette infection respiratoire. La bactérie s'était propagée par le système de climatisation de leur hôtel.

La légionellose est-elle une maladie fréquente ?

En France, le nombre de cas de légionellose a fortement augmenté entre 1996 et 2005. Des mesures de prévention et de contrôle ont alors été mises en place, en particulier à la suite d’une épidémie de légionellose qui a sévi en 2003 dans le Pas-de-Calais (autour de la ville de Harnes) en provoquant dix-sept décès.

De 2005 à 2009, le nombre de cas annuel a diminué régulièrement. Mais en 2010, le nombre de légionelloses diagnostiquées en France a augmenté de 28 % pour atteindre 1540 cas (et 159 décès). Les causes de cette soudaine augmentation ne sont pas connues.

Parmi ces 1540 cas, la plupart ont été identifiées dans la moitié Est de la France, en particulier en août et en septembre. Tous ces cas étaient isolés (il ne s’agissait pas d’épidémies) et l’âge moyen des patients était de 62 ans.

Quels sont les symptômes de la légionellose pulmonaire ?

En cas de légionellose pulmonaire, les symptômes surviennent deux à dix jours après la contamination.

Les premiers symptômes ressemblent à une grippe et apparaissent progressivement en deux à trois jours : fatigue, fièvre modérée, douleurs musculaires, maux de tête, toux sèche puis grasse. Des troubles digestifs peuvent également être observés (diarrhées, nausées et vomissements) ainsi que des troubles neurologiques (confusion, désorientation, hallucinations, voire coma).

Des signes de maladie pulmonaire apparaissent ensuite : difficultés respiratoires, fatigue au moindre effort, toux, fièvre élevée, etc.

Quelles complications peuvent survenir avec la légionellose ?

Sans traitement, ou chez des patients particulièrement fragiles, la légionellose peut entraîner des complications graves : insuffisance respiratoire et insuffisance rénale aigüe pouvant être fatales.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?