Le diagnostic et le traitement de la légionellose

Mis à jour : Mardi 10 Septembre 2019

Comment diagnostique-t-on une légionellose ?

test d'urine

Le diagnostic de légionellose prend en compte les symptômes, le contexte et les situations à risque auxquelles la personne a pu être exposée. Il se confirme essentiellement en recherchant des protéines caractéristiques des légionelles (antigènes solubles) dans l’urine du patient. Ce test permet un diagnostic rapide. D’autres moyens diagnostiques existent : culture de prélèvements de liquide de lavage pulmonaire, par exemple.

Après un diagnostic confirmé, le médecin doit déclarer le cas de légionellose aux autorités sanitaires qui vont chercher à identifier les lieux fréquentés pour déterminer la source potentielle de contamination. Il sera alors possible de faire des prélèvements, de surveiller les personnes susceptibles d’avoir été exposées et d’effectuer, le cas échéant, une décontamination pour éviter toute épidémie.

Quel traitement pour la légionellose ?

Lors de fièvre de Pontiac, un traitement destiné à soulager les symptômes est suffisant en attendant que le malade se rétablisse spontanément (médicaments contre la fièvre et la douleur).

Les formes pulmonaires de légionellose sont systématiquement traitées à l’aide d’antibiotiques pour une durée de quelques semaines à plusieurs mois. Les antibiotiques de la famille des quinolones ou ceux de la famille des macrolides sont généralement préconisés. Le traitement antibiotique est d’autant plus efficace qu’il est prescrit rapidement.

Actualités

VIDAL vous souhaite un très bel été !

Très bel été à tous !

Vigilance et accompagnement, des éléments-clés en médecine gériatrique (illustration).

Patients âgés, COVID-19 et fortes chaleurs : des mesures spécifiques

Une étude menée par l'armée suisse montre que les mesures barrières semblent prévenir l'apparition de symptômes en cas d'infection (illustration).

COVID-19 : les mesures barrières préviennent-elles l’apparition de symptômes en cas d’infection ?