En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les causes de la tuberculose

Mis à jour : Lundi 12 Juin 2017

La tuberculose est due à une famille de bactéries particulières, les mycobactéries tuberculeuses. Ces micro-organismes ont la particularité de se multiplier lentement dans l'organisme, de résister longtemps dans l'environnement et de se transmettre facilement.

Quelle est la cause de la tuberculose ?

En France, la tuberculose humaine est essentiellement due à Mycobacterium tuberculosis, également appelé bacille de Koch ou BK. Dans le monde, il existe d’autres bacilles tuberculeux, en particulier en Afrique. Le bacille de la tuberculose de la vache et du mouton était autrefois responsable de nombreuses tuberculoses humaines. Des mesures de dépistage systématiques (prises de sang et inspection des carcasses), ainsi que la pasteurisation du lait, ont fait disparaître cette forme de tuberculose en Europe.

Comment se transmet la tuberculose ?

Seule une personne souffrant de tuberculose pulmonaire peut transmettre la tuberculose. La contamination se fait essentiellement par inhalation de gouttelettes microscopiques contaminées que la personne malade projette dans l’air lorsqu’elle tousse, crache ou éternue.

La contamination par la tuberculose se produit rarement lors d’un seul contact rapide avec une personne tuberculeuse (par exemple, une visite à l’hôpital ou un voyage en transport en commun). Dans la très grande majorité des cas, les personnes contaminées ont eu des contacts répétés et prolongés avec la personne malade, dans le cadre familial ou lors de cohabitation, à l’hôpital ou dans un centre de séjour pour personnes défavorisées. Les travailleurs sociaux sont, de ce fait, particulièrement exposés à la tuberculose.

Existe-t-il des facteurs de risque pour la tuberculose ?

Certaines catégories de personnes sont plus exposées au risque de développer une tuberculose active, soit après une contamination récente, soit par ré-activation d’une tuberculose latente :

  • les personnes immunodéprimées ;
  • les personnes qui souffrent d’insuffisance rénale (risque multiplié par 10 à 26) ;
  • les personnes qui travaillent dans un environnement dont l’atmosphère est chargée en poussières (risque multiplié par 30) ;
  • les diabétiques (risque multiplié par 2 à 4) ;
  • les personnes maigres (IMC inférieur à 18,5, risque multiplié par 2 à 3) ;
  • les personnes qui fument (risque multiplié par 2 à 4 pour une consommation moyenne de vingt cigarettes par jour) ;
  • les personnes qui souffrent d’alcoolisme chronique ou de toxicomanie ;
  • les personnes dont l’alimentation est déséquilibrée (végétalianisme et personnes ayant subi un by-pass de l’estomac, lorsque ces personnes ne reçoivent aucune supplémentation en vitamines) ;
  • certaines familles (terrain génétique favorable).

De plus, les personnes qui vivent dans de mauvaises conditions d’hygiène ou dans des locaux surpeuplés sont plus à risque de développer une tuberculose active : prisons, camps de réfugiés, logements vétustes et trop petits, etc.

Peut-on prévenir la tuberculose ?

La prévention de la tuberculose repose d’abord sur l’amélioration des conditions de vie : lutte contre la pauvreté, habitat sain, lutte contre le surpeuplement et la malnutrition, etc. Ensuite, cette prévention repose sur la lutte contre les facteurs de risque listés ci-dessus.

Pour les personnes dont le travail expose au contact avec des personnes tuberculeuses, la prévention repose sur le lavage régulier des mains et sur un dépistage régulier de la maladie. De plus, la prise en charge rapide (traitement antibiotique) des tuberculoses pulmonaires permet d’éviter la propagation de la maladie dans l’entourage.

Enfin, pour les enfants à risque de tuberculose, la prévention repose sur l’administration d’un vaccin antituberculeux, le BCG. Ce vaccin est surtout efficace pour prévenir la tuberculose des enfants, en particulier la tuberculose des méninges (les enveloppes du cerveau et de la moelle épinière). Pour les adultes, l’efficacité du BCG est variable selon les personnes.

Les recommandations vaccinales pour le BCG
Depuis le 11 juillet 2007, l'obligation de vaccination par le BCG chez l'enfant et l’adolescent est suspendue au profit d'une recommandation forte de vaccination des enfants les plus exposés à la tuberculose (voir les critères, ici).
Lorsqu’elle est nécessaire, la vaccination par le BCG doit être réalisée de façon précoce, si possible à la naissance ou au cours du premier mois de la vie. Si la vaccination est pratiquée après l’âge de trois mois, une intradermoréaction à la tuberculine préalable à la vaccination doit être réalisée afin de rechercher une éventuelle contamination après la naissance. La revaccination ainsi que les tests tuberculiniques systématiques de contrôle ont été supprimés.

Actualités

Les pharmaciens d'officine pourront proposer la vaccination contre la grippe à partir de la saison grippale 2019/2020, sous réserve de respecter les obligations réglementaires (illustration).

Vaccination contre la grippe par les pharmaciens : les dispositions réglementaires publiées au Journal...

Le calendrier vaccinal fixe les vaccinations applicables aux personnes résidant en France en fonction de leur âge et de leur profil de risque (illustration).

Nouvelle édition du calendrier vaccinal : quels changements pour 2019 ?

Les parents concernés par ce rappel doivent prendre contact avec leur pédiatre ou leur médecin pour se voir conseiller un lait de remplacement.

Rappel des produits de nutrition infantile MODILAC et PICOT AR : suspicion d'une contamination par salmonelle