En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le diagnostic de la tuberculose

Mis à jour : Lundi 12 Juin 2017

Le diagnostic de la tuberculose pulmonaire est réalisé à l’aide de tests qui recherchent la présence du bacille tuberculeux dans les crachats. De plus, une radiographie permet de localiser les lésions au niveau du poumon. Des tests particuliers existent pour les formes non pulmonaires de tuberculose.

La recherche du bacille tuberculeux

analyse au microscope

Chez une personne souffrant de tuberculose pulmonaire active, le bacille tuberculeux est présent dans les crachats. Lorsque le médecin soupçonne une tuberculose pulmonaire, il fait effectuer des analyses sur les crachats à la recherche du bacille tuberculeux. Celui-ci est parfois directement visible au microscope. Sinon, des tests existent désormais pour l’identifier en quelques jours, voire quelques heures.

Dans tous les cas, une culture du bacille est faite pour tester sa sensibilité aux différents antibiotiques. Parce que le bacille tuberculeux se multiplie lentement, plusieurs semaines sont nécessaires pour obtenir le résultat de la culture : un traitement antibiotique est mis en place sans attendre ces résultats, quitte à modifier le traitement en fonction des résultats de sensibilité.

Le médecin fait également pratiquer une radiographie des poumons à la recherche de lésions.

Le diagnostic des formes non pulmonaires de la tuberculose

Chez les personnes qui souffrent de tuberculose non pulmonaire (tuberculose dite « extrapulmonaire »), le diagnostic fait appel à l’intradermoréaction à la tuberculine (voir encadré) ou à un test sanguin qui mesure la réaction des globules blancs (cellules de l’immunité) face à des protéines du bacille de la tuberculose.

Qu'est-ce que l'intradermoréaction (cuti-réaction) ?
L’intradermoréaction (IDR) consiste à injecter une petite quantité de protéines du bacille tuberculeux (la « tuberculine ») dans la peau d’une personne qui pourrait être atteinte de tuberculose. Si la personne a été en contact avec le bacille, son système immunitaire va réagir à la tuberculine et un « bouton » va apparaître en deux à trois jours. La taille du bouton indique si ce contact avec le bacille résulte d’une vaccination par le BCG, d’une tuberculose latente ou d’une tuberculose active.
L’intradermoréaction est particulièrement utile pour diagnostiquer les formes non pulmonaires de la tuberculose. Elle devient positive dans les quatre à dix semaines qui suivent la contamination.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?