En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Comment dépiste-t-on la DMLA ?

Mis à jour : Jeudi 20 Octobre 2016

La consultation annuelle auprès d'un ophtalmologiste permet de dépister la dégénérescence maculaire lors de l'examen de la rétine. Si vous notez des zones de votre champ visuel où il vous semble voir moins bien, si vous avez des difficultés à lire ou que les mots apparaissent irrégulièrement flous, ou si vous percevez une zone noire au centre de votre champ de vision, il est indispensable de consulter rapidement un ophtalmologiste.

Le test d'Amsler

Les premiers signes d’une dégénérescence maculaire humide peuvent être décelés à l'aide d'un test appelé grille d'Amsler. Il s'agit d'un réseau de lignes verticales et horizontales enfermant un point en son centre. Pour une personne atteinte de cette affection, les lignes du centre semblent infléchies vers le milieu et disparaissent dans une région sombre où le point central reste visible.

Pour l'utiliser, imprimez-la et tenez-la d'une main à environ 30 cm de vos yeux. Mettez l'autre main devant un œil (vous pouvez porter vos lunettes). Fixez le point noir au centre. Les lignes horizontales et verticales doivent apparaître droites et les carrés de la même taille. Changez de main et d'œil. Si les lignes apparaissent tordues ou si certains carrés apparaissent plus grands, consultez rapidement un ophtalmologiste.

Grille d'Amsler

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères