En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment dépiste-t-on la DMLA ?

Mis à jour : Jeudi 20 Octobre 2016

La consultation annuelle auprès d'un ophtalmologiste permet de dépister la dégénérescence maculaire lors de l'examen de la rétine. Si vous notez des zones de votre champ visuel où il vous semble voir moins bien, si vous avez des difficultés à lire ou que les mots apparaissent irrégulièrement flous, ou si vous percevez une zone noire au centre de votre champ de vision, il est indispensable de consulter rapidement un ophtalmologiste.

Le test d'Amsler

Les premiers signes d’une dégénérescence maculaire humide peuvent être décelés à l'aide d'un test appelé grille d'Amsler. Il s'agit d'un réseau de lignes verticales et horizontales enfermant un point en son centre. Pour une personne atteinte de cette affection, les lignes du centre semblent infléchies vers le milieu et disparaissent dans une région sombre où le point central reste visible.

Pour l'utiliser, imprimez-la et tenez-la d'une main à environ 30 cm de vos yeux. Mettez l'autre main devant un œil (vous pouvez porter vos lunettes). Fixez le point noir au centre. Les lignes horizontales et verticales doivent apparaître droites et les carrés de la même taille. Changez de main et d'œil. Si les lignes apparaissent tordues ou si certains carrés apparaissent plus grands, consultez rapidement un ophtalmologiste.

Grille d'Amsler

Actualités

Steve McQueen, atteint d'un mésothéliome pleural incurable, a reçu quelques mois avant son décès de grandes quantités de laétrile (substance extraite des amandes des noyaux d'abricot), sans succès (photo : Steve McQueen et Neile Adams en 1960)

Les amandes de noyaux d’abricots ne sont pas anti-cancer et peuvent être toxiques

De nouvelles recommandations de traitement contre l'infection sexuellement transmissible à Mycoplasma genitalium (illustration).

Infection à Mycoplasma genitalium : nouvelles recommandations face à une antibiorésistance croissante

La prise récente d'opiacés par les personnes âgées est associée à une augmentation du risque de chute et de mortalité toutes causes (illustration).

Opiacés chez les personnes âgées : le surrisque de chute est-il significatif ? Quel impact sur la mortalité