En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment soigne-t-on la dégénérescence maculaire ?

Mis à jour : Jeudi 20 Octobre 2016

Il existe peu de traitements contre la dégénérescence maculaire sèche, mais cette maladie progresse très lentement et ne masque jamais entièrement la vision centrale. De nombreuses personnes atteintes par cette affection mènent une vie active sans invalidité grave.

En revanche, plusieurs traitements contre la dégénérescence maculaire humide sont possibles.

Les injections intravitréennes

Les traitements les plus récents sont les médicaments anti-angiogéniques ou anti-VEGF. Leur but est d’empêcher le développement des vaisseaux sanguins anormaux sur la macula. Dans la majorité des cas, ils stoppent l’évolution de la maladie, et parfois la font un peu régresser, mais ils ne la guérissent pas définitivement.

Deux substances ont actuellement une indication dans le traitement de la forme humide de la DMLA : le ranibizumab (LUCENTIS) et l’aflibercept (EYLEA). Ces produits sont injectés directement à l’intérieur de l’œil (injection intravitréenne), sous anesthésie locale. Pour être efficaces, ils doivent être utilisés le plus tôt possible au cours de la maladie.

Une surveillance est nécessaire après chaque injection en raison du risque de complications (infection, inflammation, déchirure ou décollement de la rétine). Il faut signaler sans délai à son médecin tout symptôme susceptible d’évoquer une complication : douleur ou rougeur oculaire, vision trouble, intolérance à la lumière.

Une autre substance, le bévacizumab (AVASTIN), possède un mode d'action anti-VEGF comparable. Indiquée officiellement dans le traitement de certains cancers, son utilisation hors AMM (autorisation de la mise sur le marché) en ophtalmologie a fait l’objet de plusieurs publications. L’agence du médicament a mis en place en juin 2015 une procédure pour encadrer cette utilisation qui représente une alternative de traitement moins coûteuse.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Aflibercept

Ranibizumab

La photothérapie dynamique

En cas de contre-indication aux injections intravitréennes, on utilise parfois une autre technique appelée photothérapie dynamique : une substance, la vertéprofine, est injectée par voie intraveineuse, puis les vaisseaux sanguins à détruire sont illuminés par un faisceau de couleur rouge. Sous l'effet de la lumière, la substance injectée devient toxique et provoque la destruction des vaisseaux. Des lunettes protectrices doivent être portées pendant les 48 heures qui suivent le traitement. Plusieurs séances doivent être réalisées.

Le laser chirurgical

La dégénérescence maculaire humide peut également être traitée par laser chirurgical. Le faisceau laser détruit les nouveaux vaisseaux sanguins pour éviter qu'ils provoquent une hémorragie dans la macula. La chirurgie au laser n'améliore pas la vision, mais elle peut ralentir la progression de la maladie.

Actualités

Les bonnes pratiques de tatouage permettent de limiter, mais non supprimer, les risques d'effets indésirables, immédiats ou à long terme (illustration).

Tatouages, détatouages, faux ongles… : comment réduire les risques pour la santé ?

Les patients atteints d'un cancer utilisant exclusivement des thérapies

Etude sur plusieurs cancers : remplacer les traitements modernes par des "médecines alternatives" tue

Chez les personnes souffrant à la fois d'une HTA et d'une insuffisance rénale chronique, les bénéfices d'un traitement antihypertenseur intensif semblent supérieurs aux risques (illustration).

HTA et insuffisance rénale chronique : peut-on intensifier le traitement antihypertenseur ?