En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Glaucome

Mis à jour : Jeudi 13 Octobre 2016

Par « glaucome », on désigne en fait plusieurs maladies graves de l’œil qui, sans traitement approprié, ont pour conséquence une perte irrémédiable de la vision (cécité). Le plus souvent, ces maladies s’accompagnent d’une augmentation anormale de la pression des liquides à l’intérieur de l’œil. Cette pression trop élevée a pour conséquence la dégénérescence des fibres chargées de transmettre au cerveau les informations lumineuses issues de la rétine.

Dans les pays industrialisés, le glaucome est la deuxième cause de cécité après la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). En France, on estime qu’entre 600.000 et un million de personnes souffrent de glaucome, dont 400.000 ignorent qu’elles sont concernées.

Quels sont les symptômes du glaucome ?

ophtalmologiste test occulaire

Le glaucome (mais il serait plus correct de parler « des » glaucomes) est une maladie dont les symptômes varient selon le type de glaucome.

D’un point de vue des symptômes, on distingue deux grands types de glaucome : le glaucome aigu qui amène le patient à consulter en urgence du fait de l’intensité de la douleur, et le glaucome chronique qui passe inaperçu pendant des années.

Le glaucome aigu (ou glaucome à angle fermé)

Le glaucome aigu est une forme rare de glaucome qui touche, de façon soudaine, un seul des deux yeux. La personne ressent une douleur très vive à l’œil, elle perçoit un halo coloré autour des sources de lumière avec une nette baisse visuelle, et elle souffre parfois de nausées et de vomissements. L’œil douloureux est rouge et dur. Ces symptômes apparaissent généralement à un moment où la lumière ambiante est faible (en soirée, au spectacle, etc.), lorsque les pupilles sont dilatées (ce qui peut également être l’effet d’un traitement médicamenteux). Les personnes âgées et celles qui sont hypermétropes sont plus à risque de glaucome aigu.

Le glaucome aigu est une urgence médicale : sans traitement, la vision de l’œil atteint peut être irrémédiablement perdue en quelques heures, du fait de l’augmentation soudaine et intense de la pression à l’intérieur de l’œil (pression intraoculaire).

Le glaucome chronique (ou glaucome à angle ouvert)

Le glaucome chronique est la forme la plus fréquente de glaucome (80 à 90 % des cas). Cette forme très progressive de glaucome peut rester asymptomatique (sans symptôme perceptible) pendant dix à vingt ans. Pendant cette période, seul un examen complet de l’œil peut permettre de dépister le glaucome. Le glaucome chronique touche les deux yeux, souvent de manière inégale : un œil est moins touché que l’autre et compense la perte de vision, ce qui retarde le diagnostic. Rarement, la personne peut ressentir des douleurs sourdes (comme une pression au niveau des yeux), un larmoiement et des maux de tête.

Après plusieurs années, les symptômes visuels du glaucome chronique apparaissent, signe d’un glaucome déjà avancé. Le patient ressent une perte de vision à la périphérie du champ visuel, alors que sa vision centrale (qui permet de lire, d’écrire et de reconnaître les visages) reste longtemps normale. On parle alors de vision tubulaire (comme à travers un tube).

Quelles sont les complications du glaucome ?

Quelle que soit sa cause, le glaucome évolue toujours vers une dégénérescence des fibres nerveuses qui connectent les cellules de la rétine au cerveau, du fait de la pression élevée qui règne dans l’œil. En l’état actuel de la médecine, il est impossible de réparer les dommages occasionnés aux fibres nerveuses.

Actualités

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

Le séquençage génétique de l’ADN fœtal peut être effectué à partir d’une simple prise de sang de la future mère (illustration).

Grossesse : la HAS recommande d’intégrer les tests ADN dans le dépistage de la trisomie 21

La SFAP publie des fiches repères pour aider à la mise en oeuvre, à la demande du patient et dans certaines conditions, d'une sédation profonde et continue en fin de vie (illustration).

Droit à une sédation profonde et continue en fin de vie : la SFAP publie 3 fiches repères