En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le médecin thermal, l’interlocuteur privilégié

Mis à jour : 01 Juillet 2019

Tous les curistes accueillis en station thermale dans le cadre d’une cure prescrite par un médecin et remboursée par l’Assurance Maladie ont l’obligation d’être suivis par un médecin thermal de leur choix, au cours de trois visites médicales obligatoires. Ce médecin thermal est l’interlocuteur privilégié du patient curiste et l’intermédiaire entre le médecin prescripteur et l’établissement thermal qui réalise les soins. 

Le médecin thermal, en pratique exclusive ou mixte

consultation avec le médecin thermalUn médecin thermal peut consacrer 100 % de son temps au suivi des curistes (pratique exclusive) ou avoir une pratique de médecin libéral à côté de son engagement dans les soins thermaux (pratique mixte).

Le nombre de patients suivis par un médecin thermal dépend avant tout de ses propres choix professionnels, du temps qu’il y consacre et de l’existence ou non d’une activité médicale libérale conjointe en dehors de la médecine thermale. En moyenne, chaque année, les médecins thermaux ayant une activité thermale exclusive suivent environ 2 000 curistes. Ceux qui ont une activité mixte en suivent environ de 500 à 1 300.

Le médecin thermal prescrit les soins thermaux

Lors de la première consultation obligatoire, le médecin thermal définit le programme de soins le plus adapté. Cette première consultation dresse un bilan de la maladie chronique.

Elle comporte notamment :

  • un interrogatoire sur les antécédents médicaux et cures antérieures éventuelles, les traitements médicamenteux reçus et en cours, la lettre du médecin prescripteur de cure, les attentes du patient ;
  • la recherche de contre-indications à la cure thermale ;
  • un examen clinique complet qui est renouvelé à chaque consultation : poids, taille, tension artérielle, amplitudes de mouvement des articulations, recherche de mycose (champignons microscopiques) des pieds, etc. ;
  • la prescription de soins thermaux en fonction de l’orientation thérapeutique, de l’état général du patient, et des possibilités de l’établissement thermal.

Le médecin thermal est chargé de la surveillance des patients

Le médecin thermal assure la surveillance médicale du patient, tout au long de la cure thermale. Deux consultations de suivi sont obligatoires, autour du 8e jour et du 16e jour de soins.

La première consultation de suivi permet de faire un point sur l’état du patient, la tolérance de chaque soin analysé séparément, de changer un soin si nécessaire et de refaire un examen complet, notamment de l’état veineux et cutané et des mesures effectuées lors du premier examen. Le médecin thermal peut adapter les traitements médicamenteux reçus par le patient en fonction de l’effet des soins.

La seconde consultation de suivi correspond au bilan complet de la cure, décrit dans un document de liaison destiné au curiste et au médecin traitant qui a prescrit la cure : soins prescrits et leur tolérance, mesure des bénéfices de la cure (gain de mobilité, disparition ou atténuation notable des symptômes, etc.), signalement de tout incident et fait notable à porter à la connaissance du médecin traitant, etc.

Le médecin thermal peut réaliser des soins thermaux spécifiques

Selon les orientations thérapeutiques de l’établissement et les maladies traitées, le médecin thermal dispense parfois directement certains soins, appelés « pratiques médicales complémentaires » : lavage des sinus, insufflation de gaz thermaux dans les trompes d’Eustache (entre le pharynx et les tympans), injection sous-cutanée de gaz thermaux, etc.

Le médecin thermal participe à la prise en charge globale du patient

Le médecin thermal peut également s’impliquer dans la prise en charge globale des curistes : démarche éducative, actions de prévention, programmes d’éducation thérapeutique du patient (ETP), cures spécifiques, conférences médicales, etc.

Le médecin thermal, formateur investi dans la recherche

Le médecin thermal peut également s’investir dans la formation des équipes médicales et paramédicales de l’établissement thermal. De plus, de nombreuses études sont régulièrement réalisées dans les établissements thermaux, notamment sous l’égide de l’Association française pour la recherche thermale (AFRETH), afin de mesurer les effets des cures thermales. Le médecin thermal constitue un acteur clé de la constitution et de la mise en place de ces études.

Quelle formation pour les médecins thermaux ?

La plupart des médecins thermaux sont des médecins généralistes qui ont suivi, en plus de leur formation diplômante, les enseignements de la Capacité d’hydrologie et de climatologie médicales, seul diplôme qualifiant en médecine thermale reconnu par l’Ordre des médecins.
Cet enseignement ouvert aux seuls titulaires du diplôme de docteur en médecine s’étend sur deux années et comporte des enseignements théoriques (100 à 120 heures) et pratiques avec des visites d’établissements thermaux et un stage dans un cabinet médical thermal, ainsi que la rédaction d’un mémoire portant sur la médecine thermale. Actuellement, cette Capacité est délivrée par les universités de Montpellier, Nancy, Toulouse et Grenoble.