En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Pendant la cure thermale

Mis à jour : 01 Juillet 2019

En pratique, comment se passe une cure thermale ? Les soins qui vont être reçus pendant trois semaines varient selon les raisons médicales qui ont justifié la prescription de la cure. Ils varient également selon les possibilités de chaque établissement thermal.

Locaux ou généraux, ces soins durent en général 1,5 à 2 heures par jour. Ils sont prescrits par le médecin thermal lors de la première consultation. Celui-ci est également chargé de prescrire d’éventuelles modifications des soins pratiqués au cours de la cure, en fonction de leur tolérance et de la demande du patient.

L’arrivée à la station thermale

consultation médecin thermalLe premier jour a lieu la première consultation avec le médecin thermal choisi par le curiste. À la fin de la consultation, il délivre une ordonnance qui permet de planifier les soins pour les trois semaines de cure. À partir de ce document et des particularités de la prise en charge du curiste, l’établissement thermal établit le planning de la cure.

Chaque curiste se voit remettre une carte de curiste qui lui permettra de suivre ses soins et un sac de cure pour mettre ses affaires.

Il est obligatoire de s’équiper :

  • d'une paire de sandales en plastique antidérapantes (leur usage doit être strictement réservé aux soins et déplacements à l'intérieur des thermes) ;
  • d'un maillot de bain ;
  • d'une charlotte ou d'un bonnet de bain obligatoire dans les piscines.

Tous les jours, l’établissement thermal fournit un peignoir et un drap de bain pour les soins.

Les soins proposés pendant la cure

En pratique, les soins proposés pendant la cure dépendent de l’orientation thérapeutique de celle-ci, c’est-à-dire des raisons médicales qui ont justifié la prescription de la cure.
Ces soins utilisent les eaux et les boues thermales, parfois les gaz thermaux. Ils peuvent être locaux (par exemple des applications de boue thermale chaude sur les articulations douloureuses) ou généraux (par exemple des bains ou des douches au jet de forte pression).
Certains soins, plus techniques, sont pratiqués par les médecins thermaux (par exemple, l’irrigation des sinus avec de l’eau thermale, appelée « déplacement de Proëtz »).

Exemples de soins par orientation thérapeutique
Orientation thérapeutique Exemples de soins proposés
Rhumatismes
  • Mobilisation en piscine thermale
  • Bain de boue général ou local (pieds et mains)
  • Douche sous immersion (baignoire ou piscine)
  • Douche générale ou locale au jet 
  • Massage sous l’eau thermale
  • Douche pénétrante
  • Cataplasmes d’argile chaude imprégnée d’eau thermale
  • Étuve de gaz thermaux
  • Applications de boues thermales (« illutations »)
Voies respiratoires
  • Humage
  • Aérosols
  • Bain nasal et irrigation nasale
  • Gargarismes
  • Rééducation respiratoire individuelle ou collective
  • Insufflation de gaz thermaux dans les trompes d’Eustache
  • Douche pharyngienne
  • Irrigation des sinus (déplacement de Proëtz)
  • Inhalation collective et radiovaporarium (vapeurs inhalées)
Phlébologie (maladies des veines et des vaisseaux lymphatiques)
  • Couloir de marche à contre-courant
  • Piscine de mobilisation
  • Douche sous immersion (baignoire ou piscine), aérobains
  • Massages sous l’eau thermale
  • Compresses imbibées d’eau thermale
  • Massage-drainage lymphœdème
Métabolisme
  • Cure de boisson d’eau thermale
  • Mobilisation en piscine thermale
  • Hydromassage (douche forte pression sous immersion)
  • Cataplasmes d’argile chaude imprégnée d’eau thermale
  • Bain de boue général
  • Massage sous l’eau thermale
Appareil Digestif
  • Cure de boisson d’eau thermale
  • Massages abdominaux sous l’eau thermale
  • Cataplasmes abdominaux
  • Bain thermal avec douche sous immersion
  • Douche générale ou locale au jet
  • Entéroclyse (imprégnation goutte-à-goutte de la muqueuse intestinale par une canule insérée par l’anus)
Appareil urinaire
  • Cure de boisson d’eau thermale 
  • Douche générale ou locale au jet
  • Douches pénétrantes localisées
  • Douches en immersion (piscine ou baignoire)
  • Cataplasmes d’argile chaude imprégnée d’eau thermale
  • Massages sous l’eau thermale
  • Irrigation vaginale si douleurs locales
Maladies cardio-artérielles
  • Couloir de marche à contre-courant
  • Douche générale ou locale au jet
  • Bain local ou général de gaz sec
  • Injection sous-cutanée de gaz thermal
  • Cataplasmes d’argile chaude imprégnée d’eau thermale
  • Cure de boisson d’eau thermale
Neurologie
  • Mobilisation en piscine
  • Douche générale ou locale au jet
  • Douches en immersion (piscine ou baignoire)
  • Douches pénétrantes
  • Massages sous l’eau thermale
  • Bain de boue thermale en apesanteur (sauf sclérose en plaques)
  • Cataplasmes d’argile chaude imprégnée d’eau thermale
Dermatologie
  • Applications de plancton thermal (algues et sulfobactéries riches en soufre et silice)
  • Cataplasmes d’argile chaude imprégnée d’eau thermale
  • Douche filiforme (jets de petit calibre sous pression)
  • Pulvérisations d’eau thermale sur le visage
  • Bain de boue thermale en apesanteur 
Gynécologie
  • Bain thermal avec douche sous immersion
  • Douche générale ou locale au jet
  • Bain avec irrigation locale
  • Cataplasmes d’argile chaude imprégnée d’eau thermale
  • Irrigation et pulvérisations vaginales

Les autres prestations proposées par les établissements de cure thermale

Suivant les orientations thérapeutiques, les établissements de cure thermale ont développé des programmes de prise en charge spécifiques pour certaines maladies. L’offre de soins, à l’origine strictement thermale, s’est ainsi ouverte à d’autres formes de traitement et d’activités de prévention et de promotion de la santé qui font du centre thermal un lieu privilégié pour l’accompagnement des malades chroniques. Ainsi, nombre de ces programmes comportent l’intervention de diététiciennes pour l’acquisition des connaissances en nutrition-santé et de spécialistes en activités physiques adaptées pour lutter contre la sédentarité. Le coût de ces programmes spécifiques reste à la charge des patients. Ce sont, par exemple :

  • des programmes de soins complémentaires (par exemple, dans le cas de prothèse de hanche, de surpoids, de ménopause, d’acouphènes, etc.) ;
  • des activités d’éducation thérapeutique du patient (ETP, par exemple relatives à l’obésité ou la polyarthrite rhumatoïde). Ces activités visent à augmenter la compréhension des soins, l’autonomie du patient et l’acquisition de savoir-faire ;
  • des programmes éducatifs de soins (par exemple, dans le cadre de la maladie de Parkinson ou les lymphœdèmes) ;
  • des cures de réhabilitation après un cancer du sein.

Les objectifs de ces programmes spécifiques sont :

  • d’assurer une prise en charge spécifique et personnelle de la maladie,
  • d’améliorer la qualité de vie et l’autonomie des patients atteints de maladie chronique,
  • d’optimiser l’efficacité des traitements pour prévenir les complications (prise régulière des traitements, alimentation équilibrée, hygiène de vie, etc.),
  • d’informer et d’éduquer les patients et de favoriser les échanges et le partage d’expérience, pour les aider à mieux gérer leur maladie, maîtriser et surmonter leur handicap,
  • d’accompagner et d’informer les aidants (par exemple, en proposant des séjours-répit pour les aidants des personnes atteintes de maladie d’Alzheimer).

Que se passe-t-il si la cure doit être interrompue ?

Toute interruption de cure doit être justifiée par votre médecin thermal, qui vous délivrera un certificat médical vous permettant de prétendre au remboursement des soins réalisés auprès de votre organisme de prise en charge (au prorata des jours de cure effectués).

Comment faire en cas de nécessité de changement de date ou d’annulation de la cure ?

En cas de changement de date de cure, vous devez avertir l'établissement thermal par courrier ou par téléphone le plus rapidement possible.

En général, pour toute demande d'annulation de cure, l'avance sur réservation n’est remboursée qu'à condition que l'établissement thermal ait été informé au minimum 4 semaines avant la date prévue du début de cure et sur justificatif (d’une maladie, d’un décès ou d’une hospitalisation).