En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La prescription d’une cure thermale

Mis à jour : 01 Juillet 2019

Une cure thermale doit obligatoirement être prescrite par un médecin (ou par un chirurgien-dentiste dans le cas des affections des muqueuses de la bouche et de la langue). Pour être remboursée par l'Assurance maladie, la cure thermale doit être motivée par une maladie qui figure sur la liste des 12 orientations thérapeutiques prises en charge par l'Assurance maladie (lien vers article GP). Certaines stations thermales offrent la possibilité de soins dans deux orientations thérapeutiques simultanées.

Quand le médecin traitant envisage-t-il une cure thermale pour son patient ?

prescription d 'une cure thermaleLes cures thermales sont destinées à soulager un ensemble de maladies bien définies, le plus souvent chroniques ou faisant suite à une maladie aiguë ou une intervention chirurgicale, regroupées dans 12 familles appelées « orientations thérapeutiques ».

Pour être remboursée par l'Assurance Maladie, une cure thermale doit être motivée par une maladie qui figure sur la liste de ces orientations thérapeutiques approuvées par l'Assurance maladie :

  • Affections des muqueuses de la bouche et de la langue ;
  • Affections digestives et maladies métaboliques ;
  • Affections psychosomatiques ;
  • Affections urinaires et maladies métaboliques ;
  • Dermatologie ;
  • Gynécologie ;
  • Maladies cardio-artérielles ;
  • Neurologie ;
  • Phlébologie (maladie des veines) ;
  • Rhumatologie ;
  • Troubles du développement chez l'enfant ;
  • Voies respiratoires.

Une cure peut être justifiée par une ou par deux orientations thérapeutiques. Par exemple, votre médecin traitant peut vous proposer une cure composée de soins destinés à améliorer les symptômes de l’arthrose (orientation « rhumatologie ») et de soins visant à prévenir une bronchite chronique récidivante (orientation « voies respiratoires »).

Une cure thermale dure 18 jours (3 fois 6 jours d’affilée) au cours desquels le curiste reçoit entre 4 et 8 soins par jour, pour une durée quotidienne de 1,5 à 2 heures.

Les conditions de la prescription d’une cure thermale prise en charge par l’Assurance maladie

La prise en charge de la cure par l’Assurance maladie dépend des conditions suivantes :

  • l'établissement thermal doit être agréé et conventionné par l'Assurance maladie ;
  • pour une même maladie, une seule cure thermale par année civile, exception faite du cas particulier des grands brûlés ;
  • la prise en charge est valable pour l'année civile en cours, sauf si elle est accordée en fin d'année. Si l’accord de prise en charge est délivré au cours du mois de décembre, la cure peut être réalisée au cours de l’année civile qui suit. S’il intervient au cours du dernier trimestre, la cure doit être réalisée avant la fin du premier trimestre de l’année suivante.
  • pour les patients qui présentent une maladie ne pouvant être traitée dans une seconde orientation thérapeutique dans la même station, le médecin peut prescrire une 2e cure au cours de la même année civile. Ces situations doivent toutefois être appréciées par le service médical de la caisse d’Assurance maladie.
  • la durée d'une cure thermale est fixée à 18 jours de traitements effectifs. Une cure interrompue ne pourra donner lieu à aucun remboursement, sauf en cas de force majeure ou pour raisons médicales.
  • le nombre de séances de soins, fixé en fonction de la maladie, doit être indiqué par le médecin.
  • le médecin prescripteur doit s’assurer de l’absence de contre-indication à la prescription d’une cure thermale.

Les contre-indications à la prescription de cure thermale

Il existe des contre-indications aux cures thermales qui varient selon l’orientation thérapeutique. Par exemple :

  • les accidents vasculaires récents (moins de 6 mois): infarctus du myocarde et AVC ;
  • une thrombose veineuse (caillot) récente (moins de 3 mois) ;
  • les maladies des artères du cœur ou l’hypertension artérielle non stabilisées par un traitement ;
  • les maladies infectieuses, par exemple les infections de la peau (pour rappel, une mycose entre les orteils non traitée est une cause de report de la cure thermale : elle doit faire l’objet d’un dépistage préalable), la tuberculose, ou toute maladie infectieuse en cours ;
  • les insuffisances sévères du cœur, des poumons, du foie ou des reins ;
  • les cancers en phase évolutive : les personnes qui souhaitent venir en cure thermale dans les suites du traitement de leur cancer doivent auparavant en parler avec leur cancérologue pour apprécier le bénéfice qu’ils pourront en retirer et, également, lui demander un certificat attestant de leur rémission complète. Ce certificat leur sera demandé par l’établissement et le médecin thermaux.
  •  les déficiences immunitaires et les traitements immunosuppresseurs ;
  • les problèmes d’incontinence urinaire ou fécale ;
  • les troubles psychiatriques sévères ;
  • la phobie de l’eau, etc.

Les personnes handicapées physiques peuvent suivre des cures dans certaines stations thermales pour peu qu’elles soient autonomes (pour les déplacements dans l’établissement, l’habillage, le déshabillage et la participation aux soins) ou accompagnées de manière permanente.

Choisir le lieu de la cure

Le lieu de la cure dépend de la maladie à traiter : toutes les stations thermales ne soignent pas les mêmes maladies. Le médecin prescripteur choisit avec son patient la station en fonction de l’affection à traiter. Parmi les critères de choix, outre la localisation géographique, la qualité des soins et la réputation de l’établissement thermal, peut intervenir l’existence de programmes spécifiques complémentaires, financièrement à la charge du patient mais répondant à ses attentes et à celles de son médecin. Lorsque deux stations proposent les mêmes soins, correspondant à la prescription du médecin, le remboursement éventuel des frais de transport se fait sur la base de la distance séparant le point de prise en charge du curiste de la station la plus proche prenant en charge l'orientation prescrite.

La demande de prise en charge

Avant la cure, le patient doit effectuer une demande de prise en charge auprès de sa caisse d'assurance maladie en lui adressant deux documents :

  • le questionnaire de prise en charge (cerfa n°11139*02) qui a été rempli par le médecin prescripteur et qui contient la ou les orientations thérapeutiques, et la station choisie ;
  • la déclaration de ressources (intégrée dans le questionnaire cerfa n°11139*02) : c'est au patient de la remplir. Il doit y joindre tous ses justificatifs de ressources pour pouvoir, le cas échéant, bénéficier de la prise en charge des frais de transport et d'hébergement et percevoir des indemnités journalières (lien vers article Se préparer pour une cure GP).

Avant la cure, le médecin prescripteur établit une observation clinique succincte, par courrier, destinée au médecin thermal et remise par le patient lors de la première visite obligatoire.