En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

« Les antibiotiques, c’est pas automatique ! »

Mis à jour : Mercredi 18 Février 2009

La famille des antibiotiques comprend aujourd’hui de très nombreux médicaments, certains d’usage courant, d’autres réservés à un usage très spécifique en milieu hospitalier. Entre mauvais usage, surconsommation et automédication, le formidable potentiel thérapeutique de ces médicaments est menacé, tout simplement parce que les micro-organismes y sont de plus en plus résistants.

Pourquoi des campagnes d’information ?

Depuis 2002, les pouvoirs publics et la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) ont mené des campagnes d’information visant à réduire la consommation d’antibiotiques en France (en tête des pays européens pour ce type de prescription). Cet ensemble de campagnes, intitulé « Les antibiotiques, c’est pas automatique », vise à informer le public sur l’inutilité des antibiotiques dans certaines situations (les infections virales respiratoires, notamment, comme la grippe ou la bronchiolite par exemple). L’effort a porté ses fruits avec une diminution de la consommation des antibiotiques. Cependant, une analyse approfondie laisse craindre des prescriptions de substitution : si la consommation de pénicillines et de macrolides, largement utilisés dans le traitement des affections respiratoires et des angines, a enregistré une baisse, des molécules plus récentes, telles que les fluoroquinolones, ont vu leurs prescriptions augmenter. L’objectif de santé publique n’est donc pas atteint.

Les objectifs de ces campagnes sont également économiques : un meilleur usage des antibiotiques répond aussi à l’impératif de baisse des coûts de l’Assurance maladie.

D’un point de vue médical, certaines situations deviennent réellement préoccupantes. Un nombre croissant de souches de staphylocoques dorés, d’haemophilus ou de pneumocoques, pour ne prendre que ces exemples, résiste aux antibiotiques. Certaines souches de bacilles de la tuberculose sont même devenues réfractaires aux antituberculeux classiques. Il en va de même en milieu hospitalier où les bactéries multirésistantes provoquent des infections postopératoires graves et difficiles à traiter. C’est pourquoi un certain nombre d’antibiotiques ne peuvent être prescrits par les médecins de ville et sont réservés aux cas les plus graves, à l’hôpital.

Un autre problème, et non des moindres, est celui de l’usage vétérinaire des antibiotiques. Ceux-ci sont très largement utilisés pour traiter les maladies des animaux de ferme et peuvent de ce fait se retrouver à l’état de résidus dans les produits d’origine animale consommés par l’homme (lait, viandes, œufs, etc.). Afin d’éviter ces résidus, susceptibles de favoriser les résistances bactériennes et de rendre plus difficile le traitement des maladies chez l’homme, un système de « temps d’attente » a été mis en place : un délai précis, variable selon les médicaments, les voies d’administration et les espèces animales, doit être respecté entre le dernier traitement antibiotique des animaux et la consommation de leurs produits par l’homme.

Les messages de la campagne d’information

  • Les antibiotiques sont inefficaces contre les infections virales qui représentent la majorité des rhumes, des angines et des otites. Ils sont donc souvent inutiles.
  • Les infections bénignes ne justifient pas la prise d’antibiotiques, notamment chez les enfants. Au contraire, ces petites maladies renforcent le système immunitaire et guérissent spontanément. Il suffit d’utiliser des médicaments contre la fièvre et, si nécessaire, contre la douleur.
  • La vaccination permet de protéger enfants et adultes contre des maladies infectieuses graves. Il convient de ne pas oublier d'effectuer les rappels nécessaires.
  • Les antibiotiques n’ont aucun effet direct sur la fièvre ou la douleur.
  • L’automédication est une pratique, à proscrire absolument. Les médicaments non utilisés doivent être rendus au pharmacien.
  • Le traitement antibiotique doit être observé scrupuleusement, à la dose et selon la durée prescrites par le médecin, même si les symptômes diminuent ou disparaissent. Cinq à six jours au moins sont nécessaires pour détruire complètement les germes responsables d’une infection. Attention, certains traitements sont beaucoup plus longs et doivent être respectés à la lettre.
  • Les antibiotiques ne sont pas des médicaments anodins : ils comportent parfois des effets indésirables (réactions allergiques, nausées, diarrhées, etc.) qui peuvent être graves. Il convient d’en avertir immédiatement son médecin.

Actualités

L'ancienne formule du LEVOTHYROX (EUTHYROX) représente 0,5 % des spécialités délivrées dans les pharmacies en France (source : ANSM - CNOP).

EUTHYROX : le Conseil d'Etat rejette une plainte, Merck annonce la fin prochaine de son importation

La vaccination contre l’hépatite B est recommandée chez tous les nourrissons, ainsi qu'un rattrapage vaccinal chez les enfants et les adolescents jusqu’à l’âge de 15 ans révolus (illustration).

Vaccins contre l'hépatite B : distribution normale dans les collectivités, rupture de stock persistante...

L'halopéridol est un médicament antipsychotique typique de la classe des neuroleptiques (illustration).

HALDOL et HALDOL DECANOAS : harmonisation européenne des indications, posologies, contre-indications,...