En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les quinolones

Mis à jour : Jeudi 20 Juillet 2017

Les quinolones

Les quinolones peuvent être indiquées dans diverses maladies infectieuses (infections génitales, urinaires, intestinales, ou du nez et de la gorge). Dans le cas des cystites, un traitement en une seule prise (traitement monodose) ou de trois jours (traitement court) suffit le plus souvent.

Les quinolones sont généralement déconseillées pendant la grossesse et contre-indiquées pendant l’allaitement (en raison de leur passage dans le lait maternel). Ces antibiotiques ne sont généralement pas utilisés chez l’enfant (sauf en injections). Une exposition aux rayons ultraviolets (soleil ou lampe à UV) au cours d’un traitement par des quinolones expose à un risque de photosensibilisation.

Les quinolones sont le plus souvent bien tolérées. Elles sont néanmoins parfois responsables de tendinites. En cas de douleur d’allure suspecte, survenant sans effort particulier, il faut contacter son médecin avant de poursuivre le traitement. La survenue d’une tendinite lors d’un traitement par un antibiotique de la famille des quinolones contre-indique une nouvelle utilisation.

Légende
Médicament générique

Actualités

La prescription d'un THS semble plus utile les premières années suivant le début de la ménopause (illustration).

Ménopause : un suivi de 18 ans de 27 000 femmes sous THS ou placebo écarte les risques annoncés en 2002

Les IEC et les ARA II sont formellement contre-indiqués aux 2e et 3e trimestres de la grossesse (illustration).

IEC et ARA II : un mésusage persistant pendant la grossesse

A partir du 17 octobre, l'un ou l'autre des pictogramme ci-dessus sera présent sur les boîtes des médicaments à risque pendant la grossesse.

Grossesse : les boîtes de médicaments à risque arborent le pictogramme "femmes enceintes"