En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Bien utiliser les antalgiques usuels

Mis à jour : Jeudi 31 Août 2017

Dans un rapport de l’Agence du médicament (ANSM) datant de juin 2014 « Analyses des ventes de médicaments en France en 2013. », il apparaît que la classe de médicaments la plus vendue en pharmacie est celle des antalgiques, les médicaments utilisés pour traiter les douleurs.

Le paracétamol arrive en première position du classement des substances les plus vendues, avec plus de 500 millions de boîtes par an. C'est une substance peu onéreuse, dont le prix de vente ne dépasse pas quelques euros. Elle est présente seule dans près de 30 spécialités (telles que DOLIPRANE, DAFALGAN et EFFRALGAN) et dans plus de 50 spécialités en association avec d'autres substances antalgiques (codéine, tramadol) par exemple.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), tels que l'ibuprofène (ADVIL, NUROFEN...), font également partie des médicaments les plus vendus.

Paracétamol et AINS sont habituellement efficaces dans la plupart des situations douloureuses banales et permettent également de combattre la fièvre lors de maladies hivernales courantes, telles que le rhume. Certains des médicaments contenant ces substances peuvent être achetés sans ordonnance. Ils sont pris par de nombreuses personnes en automédication pour soulager les petites douleurs de tous les jours (maux de tête, douleurs de règles, douleurs articulaires ou musculaires…). Néanmoins, leur large utilisation ne signifie pas que ces substances soient dénuées d’effets indésirables et ne demandent pas certaines précautions lorsqu'on les prend. Les pages suivantes font le point sur que vous devez savoir pour bien les utiliser.

Actualités

La rupture de stock de MENVEO touche la ville et l'hôpital pour une durée indéterminée (illustration).

Vaccin méningococcique MENVEO : rupture de stock en ville et à l'hôpital pour une durée indéterminée

Les femmes enceintes ou désirant une grossesse, traitées par CYNOMEL, doivent consulter leur médecin pour remplacer ce traitement par la lévothyroxine (illustration).

CYNOMEL (liothyronine) : désormais contre-indiqué pendant la grossesse

L’hypotension orthostatique est un facteur de morbi-mortalité indépendant des pathologies associées et augmente la mortalité totale et cardiovasculaire (illustration).

Hypotension orthostatique : arrêt de commercialisation d’HEPT A MYL (heptaminol)