En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Mis à jour : Jeudi 31 Août 2017

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont des médicaments qui bloquent la formation des prostaglandines, les substances responsables de l’inflammation. Ce sont des médicaments efficaces, mais ils ont parfois une image faussement rassurante. En réalité, ce ne sont pas des médicaments anodins.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont une classe de médicaments étendue, comprenant de nombreuses molécules telles que l’ibuprofène. Ils agissent en bloquant la formation des prostaglandines, les substances responsables de l’inflammation. Ils ont des propriétés antalgiques (contre la douleur), antipyrétiques (contre la fièvre) et, à doses plus élevées, anti-inflammatoires.

Les utilisations et voie d'administration

Pris par voie générale (voie orale, rectale ou injectable), les indications des AINS sont variables selon les molécules : fièvre, maux de tête, migraine, règles douloureuses, douleur après un traumatisme (entorse, tendinite par exemple), rhumatismes inflammatoires, arthrose... Certains AINS peuvent être prescrits dans des douleurs aiguës telles que les coliques néphrétiques ou la goutte. Du fait de la possibilité d’effets indésirables graves, ils ne devraient pas être systématiquement utilisés dans le cas de douleurs banales.

Les AINS ne peuvent être obtenus que sur prescription médicale, à l'exception de quelques médicaments contenant de l’ibuprofène et du kétoprofène disponibles sans ordonnance pour traiter les douleurs ou les rhumes avec maux de tête et/ou fièvre.

Les AINS sont également présents dans des médicaments pour application locale sous forme de gels, crèmes ou emplâtres. Ils sont destinés au traitement des douleurs d'arthrose ou après un traumatisme (contusions, entorse...) pour lutter localement contre l'inflammation. Les traitements locaux contenant du kétoprofène exposent à un risque augmenté de photosensibilisation.

Les AINS sont parfois présents dans des collyres, notamment pour prévenir et traiter les complications après l'opération de la cataracte.

Les contre-indications et interactions

    Les AINS ne doivent pas être utilisés :
  • en cas d’antécédent d’allergie ou d’asthme provoqué par la prise de médicaments de la même famille ou de la famille de l’aspirine ;
  • en cas d’antécédent de saignement ou de perforation digestifs lié à la prise d’AINS ;
  • en cas d’ulcère de l’estomac ou du duodénum ;
  • en cas de maladie grave du foie ;
  • en cas d’insuffisance cardiaque ou insuffisance rénale grave ;
  • chez la femme enceinte à partir du 6e mois de la grossesse (et pour certains AINS pendant toute la grossesse).

De plus, certains AINS tels que le diclofénac, l'acéclofénac et le célécoxib ont des contre-indications spécifiques (antécédent d’infarctus du myocarde ou d’accident vasculaire cérébral, artérite, angine de poitrine).

Ils peuvent interagir avec de nombreux médicaments, notamment les anticoagulants (fluidifiants du sang), le lithium, le méthotrexate, les diurétiques, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion et les inhibiteurs de l'angiotensine II. De plus, en raison de l’augmentation du risque hémorragique, il ne faut jamais associer deux AINS (y compris l’aspirine à dose anti-inflammatoire).

Les effets indésirables possibles

Les AINS peuvent être responsables de maux de tête ou de vertiges, d’effets indésirables digestifs plus ou moins graves (nausées, douleurs ou brûlures d’estomac, ulcère ou hémorragie du tube digestif), de réactions allergiques (éruption cutanée, asthme) et d’insuffisance rénale dans certaines circonstances rares.
Afin de limiter l’apparition des effets indésirables, notamment digestifs, les AINS doivent être utilisés à dose minimale efficace et pendant la durée la plus courte possible, en particulier chez les personnes âgées. En effet, chez les personnes de plus de 65 ans, les effets indésirables des AINS sont plus fréquents et souvent plus graves.

En cas de fatigue inhabituelle et intense, ou de baisse brutale et importante du volume des urines, d'éruption cutanée, de crise d'asthme ou de brûlure d'estomac importante, il ne faut pas poursuivre le traitement sans avis médical ; ces manifestations peuvent être le signe d’effets indésirables potentiellement graves.

Les AINS administrés par voie générale sont listés ci-dessous :

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017

AINS : acéclofénac

AINS : acide méfénamique

AINS : acide niflumique

AINS : alminoprofène

AINS : dexkétoprofène

AINS : étodolac

AINS : étoricoxib

AINS : fénoprofène

AINS : flurbiprofène

AINS : indométacine

AINS : nabumétone

AINS : sulindac

AINS : ténoxicam

AINS et protecteur gastrique

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Actualités

Représentation anatomique en 3D de la glande thyroïde (illustration).

THYROFIX comprimé : nouvelle spécialité de lévothyroxine à partir de décembre 2017

La transmission de l'hépatite A est le plus souvent oro-fécale par des aliments ou de l'eau contaminés (illustration).

Hépatite A : mise à disposition d'unités du vaccin HAVRIX 1440 destinées à l'export

COLOFOAM est un corticoïde à usage local sous forme de mousse rectale (illustration).

COLOFOAM mousse rectale : rupture de stock pour une durée indéterminée