En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Les médicaments des enfants

Mis à jour : Lundi 07 Octobre 2013

Les médicaments prescrits aux enfants peuvent être des médicaments spécifiquement pédiatriques ou des médicaments également prescrits aux adultes. Dans ce dernier cas, il est rarement possible de calculer la posologie adaptée à un enfant à partir de celle destinée aux adultes. Des études complémentaires sont alors nécessaires.

Les différents types de médicaments

    Selon les connaissances disponibles, on distingue différents types de médicaments :
  • les médicaments avec autorisation de mise sur le marché pédiatrique, spécifiquement étudiés et autorisés aux enfants ;
  • les médicaments avec mention pédiatrique, pour lesquels des études cliniques complémentaires ont éclairci les conditions d’usage par les enfants ;
  • les médicaments sans mention pédiatrique avec posologie en mg/kg, non étudiés dans le détail pour les enfants, mais dont la posologie est formulée pour être facilement adaptée au poids du jeune malade ;
  • les médicaments pour adultes sans information relative aux enfants, ni conseillés ni déconseillés ; leur usage est à la discrétion du médecin qui s’appuie sur des recommandations professionnelles ou des articles scientifiques pour les prescrire ;
  • les médicaments contre-indiqués aux enfants en l’absence d’étude spécifique, et qui ne peuvent être utilisés du fait de cette absence d’études, d’articles ou de recommandations ;
  • les médicaments contre-indiqués aux enfants du fait de risques particuliers, étudiés mais non utilisés car ils font courir des risques aux enfants.

Le choix des médecins

Les médecins préfèrent utiliser les médicaments des deux premières catégories, car leur usage est mieux défini. Cependant, ces médicaments ne représentent qu’une faible part de l’ensemble disponible, car les études cliniques nécessaires pour appartenir à ces catégories sont difficiles à mener (voir ci-dessous). Les praticiens recourent alors parfois aux deux catégories suivantes et s’appuient, pour leur prescription, sur des sources d’information diverses aussi bien que sur leur expérience et celle de leurs collègues.

La difficulté des études cliniques

Les études cliniques nécessaires pour préciser les conditions d’utilisation d’un médicament chez les enfants sont difficiles à mener pour des raisons techniques, économiques et éthiques. En effet, outre la grande variabilité entre les âges qui impose de conduire plusieurs études de front (nouveau-nés, nourrissons, etc.), il n’est pas éthiquement acceptable d’administrer des médicaments à des enfants en bonne santé (comme c’est le cas chez des adultes consentants, et rémunérés pour cela). De plus, les études cliniques pédiatriques coûtent très cher, car elles impliquent le recours à un grand nombre de services hospitaliers pour réunir suffisamment de participants. Pour stimuler la recherche sur les médicaments pédiatriques, un texte réglementaire a été récemment adopté par le Parlement européen. Ce texte vise à soutenir financièrement les laboratoires pharmaceutiques souhaitant mener des études cliniques pédiatriques sur leurs médicaments.

Des présentations particulières

Certains médicaments sont disponibles dans des présentations particulièrement adaptées aux enfants. Des médicaments disponibles pour les adultes sous forme de comprimés ou de gélules sont disponibles pour les enfants sous forme liquide (antibiotiques, par exemple). Ces formes liquides sont plus faciles à avaler, mais également plus faciles à doser grâce à des cuillères, à des pipettes doseuses ou à des compte-gouttes.

Dans certains cas, les pharmaciens d’hôpitaux ou d’officines peuvent modifier la présentation d’un médicament au cas par cas, pour le rendre plus facile à avaler. Un comprimé trop gros pour un enfant, par exemple, peut être broyé et conditionné en plusieurs petites gélules. Ce type de modification ne peut être fait que par un professionnel : il est fortement déconseillé de broyer un comprimé ou de vider une gélule dans des aliments sans en parler d’abord à son médecin ou à son pharmacien. En effet, certains médicaments sont enrobés pour être résistants aux acides de l’estomac et n’être libérés qu’une fois dans l’intestin. Briser, ou supprimer cet enrobage peut nuire à leur efficacité ou provoquer des effets indésirables.

Demandez à votre médecin ou votre pharmacien de vous préciser si le médicament doit être administré à jeun (une heure avant ou deux heures après un repas) et si certains aliments doivent être évités au moment de la prise. Les produits laitiers, par exemple, peuvent interférer avec certains médicaments. Les aliments déconseillés peuvent alors être donnés à distance des prises.

Actualités

Les unités importées du vaccin ENGERIX B20 se présentent en flacon accompagné, dans un conditionnement séparé, d'une seringue et d'aiguilles.

Vaccin ENGERIX B20 : mise à disposition d'unités présentées en flacon

Commercialisé en France depuis 1988, PREVISCAN est le médicament anticoagulant le plus utilisé en France (illustration).

PREVISCAN (fluindione) : surrisque immuno-allergique et recommandations de l'ANSM

Les professionnels de santé sont invités à contacter les patients susceptibles de détenir des tubes de LOCOÏD 1 % crème appartenant aux lots rappelés, afin qu'ils les rapportent à la pharmacie (illustration).

LOCOÏD 0,1 % crème : rappel de lots auprès des professionnels de santé et des patients