En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les médicaments génériques sont-ils vraiment moins chers ?

Mis à jour : Lundi 19 Janvier 2009

En moyenne, le prix de vente d’un générique est de 30 % inférieur à celui de l’original. Cette différence de prix peut aller jusqu'à 40 à 50 % pour les médicaments génériques les plus récents. Elle s’explique par les coûts, très élevés, de la recherche et du développement qui précèdent la commercialisation d’un nouveau médicament, et que les laboratoires répercutent sur les prix de vente des médicaments originaux. Ces coûts n’existent pas pour les fabricants de génériques, ce qui leur permet de produire les mêmes principes à un prix réduit. Cette différence de prix n’est toutefois pas systématique, car certains médicaments d'origine ont baissé leur prix pour faire face à la concurrence des médicaments génériques.

En France, où le prix de chaque médicament fait l'objet d'une négociation entre le laboratoire producteur et les autorités sanitaires, les médicaments les plus anciens sont, en général, moins chers que dans les autres pays. De ce fait, la différence de prix entre un médicament original et ses génériques n'est pas aussi importante que dans d'autres pays, comme aux Etats-Unis par exemple.

Qu’est-ce que le TFR ?

Le tarif forfaitaire de responsabilité, ou TFR, consiste à fixer un niveau de remboursement unique pour tous les médicaments appartenant à un même groupe générique (médicament d'origine et génériques). Appliqué pour l’instant à un nombre limité de principes, le TFR est fixé par les pouvoirs publics en tenant compte des prix des médicaments génériques dans le groupe générique concerné. Théoriquement, le prix de vente peut être supérieur au TFR, la différence restant à la charge du patient. En pratique, et pour éviter qu’une telle situation ne se présente, les fabricants des médicaments originaux concernés ont généralement préféré aligner le prix de leurs médicaments sur le TFR.

Actualités

La dose recommandée de XELJANZ dans la polyarthrite rhumatoïde est de 5 mg, administrée deux fois par jour (illustration).

XELJANZ (tofacitinib) : bien respecter la posologie dans la polyarthrite rhumatoïde (pharmacovigilance)

La colestyramine est indiquée dans le traitement de l'hypercholestérolémie essentielle lorsque le régime est avéré insuffisant et/ou qu'il existe des facteurs de risque associés (illustration).

QUESTRAN (colestyramine) : rupture de stock en ville et contingentement à l'hôpital

La calcitonine réduit la calcémie, principalement par inhibition des ostéoclastes, ce qui diminue la résorption osseuse et donc augmente le stockage du calcium dans l'os (illustration).

MIACALCIC injectable (calcitonine de saumon) : déremboursement programmé le 5 avril 2019