En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Quand un pharmacien peut-il délivrer un médicament générique ?

Mis à jour : Vendredi 14 Décembre 2012
    Un médicament générique peut vous être délivré dans plusieurs circonstances :
  • le médecin a prescrit directement un générique ;
  • le médecin a rédigé son ordonnance en dénomination commune (nom de substance), laissant au pharmacien le choix du médicament qu'il délivrera au sein de cette dénomination commune ;
  • le médecin a prescrit un médicament de référence (princeps) et le pharmacien lui substitue un médicament générique.
Pharmacienne

Autorisée en 1999, la substitution est la possibilité pour un pharmacien de remplacer, avec l’accord du patient, un médicament prescrit par un médicament appartenant au même groupe générique. Les pharmaciens jouent en majorité le jeu de la substitution, avec les encouragements des pouvoirs publics. Ils doivent tenir compte des excipients lors de la substitution. En effet, en cas d'effets indésirables lié à la présence d'un excipient à effet notoire, leur responsabilité pourrait être engagée. Les médecins peuvent toutefois s’opposer à la substitution en portant la mention « non substituable », sur leur ordonnance. Le pharmacien peut substituer un générique à un médicament d'origine prescrit, mais aussi deux génériques entre eux, voire délivrer le médicament d'origine alors que l'ordonnance mentionne un médicament générique. Toutefois, le médicament délivré ne doit pas être plus cher que la spécialité générique la plus chère du groupe.

Quatre conseils pour bien acheter un générique

  • Vérifiez que la présentation du générique proposé vous convient : taille des comprimés ou des gélules, nombre d’unités par boîte, type d’emballage, etc.
  • S’il s’agit d’un médicament que vous prenez pour la première fois, assurez-vous que le générique proposé ne contient pas un excipient qui ne vous conviendrait pas (par exemple, du sucre si vous êtes diabétique, du lactose si vous ne tolérez pas le lait, etc.).
  • Si le médicament figurant sur l’ordonnance est une spécialité de marque, assurez-vous que le pharmacien a bien inscrit distinctement son nom sur l’emballage du générique, afin que vous puissiez bien respecter la prescription portée sur l’ordonnance.
  • S’il s’agit d’un médicament que vous prenez régulièrement sous forme générique, vous pouvez demander à votre pharmacien de vous donner le même générique que précédemment, afin d’éviter les risques de confusion.

Comment le pharmacien choisit-il un générique ?

Parmi tous les médicaments génériques disponibles au sein d’un même groupe générique, comment le pharmacien choisit-il celui qu’il propose ? En pratique, les pharmaciens ne stockent, pour chaque groupe générique, qu’un nombre limité de médicaments génériques, en général deux ou trois. Ses critères de choix pour constituer son stock sont multiples : prix, aspect, taille, présentation, goût du médicament, couleur et forme de l’emballage, liens commerciaux avec tel ou tel fournisseur, etc. A lui d’adapter ensuite son choix aux attentes et aux souhaits de ses clients. Tous devraient en tout cas respecter une règle simple, notamment pour les traitements de longue durée et ceux destinés aux personnes âgées : délivrer toujours le même générique afin de faciliter l’identification et le bon usage du médicament par le patient.

Peut-on être pénalisé pour avoir refusé un générique ?

Chacun peut refuser la délivrance d'un médicament générique et exiger celle du médicament de marque qui lui est prescrit. Mais depuis juin 2012, le patient doit dans ce cas faire l'avance des frais et ensuite envoyer à sa caisse d'Assurance maladie la feuille de soins papier avec les vignettes pour se faire rembourser. Certaines substances (lévothyroxine, buprénorphine, mycophénolate mofetil et antiépileptiques) dont le remplacement doit être fait avec prudence ne sont pas concernées par cette règle. Ces nouvelles mesures visent à renforcer l'utilisation des médicaments génériques, moins coûteux que les médicaments de marque.

Pour en savoir plus : tiers payant et génériques.

Actualités

L'anti-ulcéreux CYTOTEC est utilisé en majorité dans des indications hors AMM en gynécologie et en obstétrique (illustration).

CYTOTEC (misoprostol) : arrêt de commercialisation prévu le 1er mars 2018

La prescription d'un THS semble plus utile les premières années suivant le début de la ménopause (illustration).

Ménopause : un suivi de 18 ans de 27 000 femmes sous THS ou placebo écarte les risques annoncés en 2002

Les IEC et les ARA II sont formellement contre-indiqués aux 2e et 3e trimestres de la grossesse (illustration).

IEC et ARA II : un mésusage persistant pendant la grossesse