En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment le médecin prescrit-il pendant la grossesse et l'allaitement ?

Mis à jour : Lundi 01 Juin 2015

Chez une femme enceinte, le médecin prend en compte la gravité de la maladie ; de plus, il évalue le risque de ne pas la soigner face aux risques de toxicité éventuelle des médicaments pour le fœtus.

Les critères de choix d'un médicament pendant la grossesse

Une fois que le médecin aura pris la décision de traiter, il effectuera le choix du ou des médicaments les plus efficaces parmi ceux qui sont connus pour être les moins risqués. Son choix se portera vers un médicament qui répondra aux caractéristiques suivantes :

  • avoir fait la preuve incontestable de son efficacité dans la maladie concernée ;
  • être commercialisé depuis longtemps ;
  • ne contenir, dans la mesure du possible, qu’un seul principe actif. En effet, il est plus difficile de prévoir la toxicité d’une association de principes actifs.

Les sources d'information du médecin pendant la grossesse

Votre médecin dispose de plusieurs sources d’information avant d’établir sa prescription. Les dictionnaires médicaux, comme le dictionnaire VIDAL, sont couramment utilisés. Les rubriques « Grossesse et allaitement » de chaque spécialité spécifient si le produit est autorisé, déconseillé ou contre-indiqué pendant ces périodes.

Il peut aussi contacter le Centre de renseignements sur les agents tératogènes (CRAT) ou le centre régional de pharmacovigilance (CRPV) le plus proche dont l’accès est réservé aux professionnels de santé. Cette démarche est nécessaire surtout lorsqu’une femme a pris des médicaments avant de savoir qu’elle était enceinte. Les centres de pharmacovigilance centralisent les données sur la toxicité des médicaments, en particulier pendant la grossesse. Ils donnent un avis écrit, fondé sur les données connues concernant le médicament pris.

Dans le cas le plus fréquent où la grossesse peut se poursuivre sans inquiétude, le médecin envoie ensuite au centre de pharmacovigilance un rapport sur le déroulement de la grossesse, de l’accouchement et sur l’état de santé du nouveau-né. C’est à partir de ces données qu’un médicament continue à être évalué après sa commercialisation. Les laboratoires pharmaceutiques ont aussi leur propre service de pharmacovigilance, et le médecin peut les contacter pour toute question sur un produit donné.

Les règles d'or de la prescription pendant la grossesse

  • Prescrire seulement lorsque le bénéfice attendu pour la mère est supérieur au risque encouru par le fœtus.
  • Le moins de principes actifs différents à la fois.
  • La posologie efficace la plus faible.
  • Le traitement le plus court.
  • Préférer les produits commercialisés de longue date.

Actualités

Les ruptures de stock déclarées à l’ANSM par les laboratoires pharmaceutiques ont pour origine des difficultés liées à la production de ces médicaments (illustration).

Ruptures de stock et remises à disposition en ville : DEPAKOTE, RIFATER, ARACYTINE, OZURDEX et LARGACTIL

Les spécialités à base d'alpha-amylase sont indiquées dans le traitement d'appoint des états congestifs de l'oropharynx (illustration).

MAXILASE et ALFA-AMYLASE BIOGARAN CONSEIL : attention aux risques de réactions d'hypersensibilité

La mitomycine C est une substance antinéoplasique et antibiotique extraite de Streptomyces caespitosus, une espèce d'actinobactéries (illustration @Wikimedia).

AMETYCINE et MITOMYCIN-C KYOWA : rappel de lots de grande envergure