En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Médicaments chez la femme enceinte : évaluer les risques

Mis à jour : Mardi 23 Juillet 2013

D'une manière générale, il faut mieux éviter la prise de médicaments chez la femme enceinte ou qui allaite. De nombreux médicaments peuvent entraîner des risques pour la mère ou l'enfant à naître. Dès que vous devez prendre un médicament, informez toujours votre médecin ou votre pharmacien que vous êtes enceinte, que vous allaitez ou que vous avez un projet imminent de grossesse. Votre médecin traitant pourra vous prescrire un traitement compatible avec votre état.

Les risques liés aux médicaments pendant la grossesse

femme enceinte chez son médecin

Le dossier d’enregistrement nécessaire à la commercialisation d’un médicament impose une évaluation spécifique des risques encourus en cas d’utilisation pendant la grossesse et l’allaitement. De ce fait, les notices de médicaments et l’information destinée aux professionnels de santé comportent une information en cas de grossesse et d’allaitement. Néanmoins, la conduite à tenir n’est pas toujours très informative, car elle se limite souvent à la mention « pas recommandé» ou « préférable d’éviter », par prudence. En règle générale, les médicaments récemment commercialisés ne sont pas prescrits chez la femme enceinte car ils ne bénéficient pas d’un recul suffisant, même si aucun effet toxique n’a été observé lors des études chez l’animal.

Quelques médicaments anciens ont été pris par un nombre important de femmes au cours du premier trimestre de la grossesse et les données résultant des études n’ont pas montré d’augmentation du risque de malformation. L’utilisation de ces médicaments est alors dite possible. En revanche, quand une toxicité pour la future mère ou pour le fœtus a été mise en évidence, les médicaments sont contre-indiqués. C’est le cas de l’aspirine qui, si elle est prise à des doses supérieures à 500 mg par jour au cours des 4 derniers mois de grossesse, peut avoir des conséquences graves, voire mortelles, pour le fœtus. Son utilisation à des doses supérieures à 500 mg par jour est donc formellement contre-indiquée à partir du 6e mois de la grossesse.

Mais pour la grande majorité des médicaments, les données sont insuffisantes. Si un traitement est nécessaire, c’est le médecin qui va évaluer les bénéfices et les risques du médicament. Pour cela, il va devoir prendre en compte le stade de la grossesse, la gravité de la maladie, les effets du médicament, la posologie et la durée du traitement, et aussi la capacité de l’organisme maternel à éliminer le produit.

Quels types de risque pour les médicaments pendant la grossesse et l'allaitement ?

Il existe trois types de risque lié à la prise d’un médicament chez la femme enceinte.

L'effet tératogène (malformatif) des médicaments

Dans la population générale, environ 2 à 3 % des enfants naissent avec une malformation. L’effet dit tératogène d’un médicament correspond à une augmentation du risque de malformation dans l’anatomie ou le fonctionnement des organes de l’embryon pendant la période où ceux-ci se forment (au cours des deux premiers mois de la grossesse). Les médicaments tératogènes – heureusement peu nombreux - sont donc absolument contre-indiqués pendant le premier trimestre. Si un médicament tératogène est utilisé chez une femme en âge de procréer, une contraception efficace est mise en place pendant le traitement.

L'effet fœtotoxique des médicaments

L’effet foetotoxique correspond à un effet néfaste des médicaments sur la croissance du fœtus et sur le développement des organes. Certains médicaments ne sont toxiques pour le fœtus qu’à un certain stade de la grossesse et peuvent être employés hors de cette période. Parfois, le risque toxique du médicament peut provenir de la capacité amoindrie de l’organisme maternel à l’éliminer, du fait des modifications du métabolisme que la grossesse entraîne (au niveau du fonctionnement du foie et des reins, par exemple).

L'effet néonatal des médicaments

L’effet néonatal est celui qui concerne le nouveau-né, alors que le médicament a été pris pendant les dernières semaines de grossesse ou pendant l’accouchement. Il concerne également les médicaments qui passent dans le lait maternel et risquent d’être absorbés par le nourrisson pendant l’allaitement.

Les médicaments qui ne sont pas interdits pendant la grossesse sont-ils tous autorisés ?

Non, et il y a peu de substances qui peuvent être prescrites à tout moment de la grossesse. On peut en toute assurance retenir le paracétamol, traitement de choix de la fièvre et de la douleur, les antibiotiques de la famille des pénicillines (sous réserve de l’absence d’une allergie à cette famille de médicaments) et l’insuline (traitement du diabète) par injection. D’autres médicaments peuvent être prescrits, mais pas à tout moment de votre grossesse, et il existe des exceptions dans chaque famille de produits. Il vous appartient de toujours vérifier auprès de votre médecin ou de votre pharmacien que les médicaments que vous prenez sont compatibles avec votre état.

Actualités

La prescription d'un THS semble plus utile les premières années suivant le début de la ménopause (illustration).

Ménopause : un suivi de 18 ans de 27 000 femmes sous THS ou placebo écarte les risques annoncés en 2002

Les IEC et les ARA II sont formellement contre-indiqués aux 2e et 3e trimestres de la grossesse (illustration).

IEC et ARA II : un mésusage persistant pendant la grossesse

A partir du 17 octobre, l'un ou l'autre des pictogramme ci-dessus sera présent sur les boîtes des médicaments à risque pendant la grossesse.

Grossesse : les boîtes de médicaments à risque arborent le pictogramme "femmes enceintes"