En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Peut-on être allergique aux médicaments ?

Mis à jour : Jeudi 22 Janvier 2009

Parmi les effets indésirables des médicaments, les réactions allergiques sont les plus redoutées, car leur apparition est souvent brutale. En fait, plutôt que d’allergies à proprement parler, il s’agit le plus souvent de réactions d’hypersensibilité. Ces effets secondaires peuvent se manifester de façons très variables et toucher tous les organes, notamment la peau.
Les médicaments ne sont pourtant pas les seuls responsables d’allergies ou d’hypersensibilité : les aliments, les cosmétiques, les produits industriels et les piqûres d’insectes sont aussi fréquemment en cause.

A quoi ressemble une allergie aux médicaments ?

Les allergies médicamenteuses qui affectent la peau

L’exanthème

C’est une éruption de petites taches rouges de quelques millimètres de diamètre, responsable ou non de démangeaisons. Son délai d’apparition est très variable : l’éruption peut survenir en début, en milieu ou en fin de traitement, voire après son arrêt. L’exanthème met une à deux semaines à disparaître, le plus souvent sans séquelles.

L’urticaire

L’urticaire survient généralement très rapidement, dans les minutes ou les heures qui suivent la prise du médicament. C’est une éruption ressemblant à des piqûres d’orties, de couleur blanche, rose ou rouge, sur tout ou partie du corps. Les démangeaisons sont importantes et l’aspect de l’éruption est souvent impressionnant. Il arrive cependant que celle-ci ne survienne que dix jours après l’arrêt du traitement.

L’œdème de Quincke

C’est une forme dangereuse d’urticaire, qui se manifeste par le gonflement de certaines régions du corps, notamment du visage. Dans de rares cas, l’œdème de Quincke peut atteindre la gorge et gêner la respiration. Il est alors nécessaire d’appeler de toute urgence le Samu (15 ou 112).

L’eczéma

Le plus souvent provoqué par l’application locale d’un médicament sous forme de crème, de gel ou de lotion, l’eczéma se manifeste par des plaques roses ou rouges, surmontées de minuscules bulles remplies de liquide. Les démangeaisons sont importantes.

Les autres réactions de la peau

On peut citer, parmi les autres réactions de la peau, l’érythème pigmenté fixe, plaque initialement rouge qui se couvre souvent de cloques ou de croûtes. Il apparaît toujours au même endroit chez une même personne pour un médicament donné et évolue vers une coloration définitive, brune ou noire, de la peau lésée.
Autre réaction possible, la photosensibilisation, qui est une sensibilité anormale de la peau à la lumière, et donc aux ultraviolets (soleil, lampe à bronzer), due à un médicament. Elle se traduit par l’apparition de coups de soleil ou d’éruptions cutanées à la suite d’une exposition minime.
Enfin, certaines réactions de la peau se traduisent par l’apparition de cloques ou des décollements de la peau - la nécrolyse. Elles sont le plus souvent limitées, mais peuvent devenir graves si elles s’étendent sur une large surface.

Les autres types de réactions allergiques aux médicaments

Une réaction allergique à un médicament (ou à toute autre substance étrangère à l’organisme) peut se traduire par un malaise général, éventuellement une perte de connaissance par chute brutale de la tension artérielle : il s’agit du choc anaphylactique qui nécessite d’appeler d’urgence le Samu (15 ou 112).
Les effets secondaires allergiques peuvent toucher des organes autres que la peau : par exemple le foie, la moelle osseuse, le sang, les poumons, le système nerveux ou encore les reins.

Que faire en cas d’allergie aux médicaments ?

En cas de suspicion d’œdème de Quincke ou de choc anaphylactique, appelez de toute urgence le 15 ou le 112. Dans tous les autres cas, appelez votre médecin, qui s’assurera que les phénomènes constatés sont bien en rapport avec une prise médicamenteuse. Dans ce cas, le traitement en cause sera interrompu.
En cas de doute sur l’origine exacte de l’allergie, aucun médicament ne devra être repris sans l’accord de votre médecin, même à distance de l’événement. La substance identifiée comme allergisante devra être soigneusement notée sur un document présent en permanence dans votre portefeuille, avec vos papiers d’identité par exemple. Cette contre-indication devra être signalée à votre médecin, à votre dentiste ou à votre pharmacien avant toute prise de médicament.

Actualités

Histopathologie de spirochètes de Treponema pallidum utilisant une coloration argentique modifiée de Steiner (illustration @CDC/Dr Edwin P. Ewing, Jr. 1986).

Syphilis : arrêt de fabrication de BENZATHINE BENZYLPENICILLINE SANDOZ au niveau mondial

La vaccination par TICOVAC est recommandée lors de séjours en zone rurale ou boisée, dans plusieurs régions du globe (Europe centrale, orientale et septentrionale, nord de l'Asie centrale, nord de la Chine, nord du Japon), du printemps à l'automne (illustration).

Encéphalite à tiques : rupture de stock du vaccin TICOVAC jusqu’à fin juillet

Chez les nourrissons de 3 à 5 mois, BEXSERO peut désormais être utilisé selon un schéma de primovaccination à 2 doses espacées de 2 mois minimum, et 1 dose de rappel entre 12 et 15 mois (illustration).

BEXSERO : simplification du schéma vaccinal contre le méningocoque B pour les nourrissons de 3 à 5 mois