La prescription chez les enfants

Mis à jour : Mardi 12 Janvier 2016

Lorsqu’il rédige une ordonnance pour un enfant, le médecin tient compte de facteurs particuliers liés, entre autres, à l’âge de son patient. En effet, pendant la croissance, la manière dont les médicaments sont absorbés et éliminés par le corps diffère de celle des adultes.

L’importance de l’âge de l’enfant

L’efficacité d’un médicament dépend, entre autres, de sa concentration dans l’organisme : si celle-ci est insuffisante, le médicament sera inefficace ; si elle est trop élevée, il existe un risque de toxicité. Cette concentration dépend de la dose administrée, de la façon dont celle-ci est absorbée par le corps (par exemple, à travers la paroi de l’intestin) et de la rapidité avec laquelle le médicament est éliminé.

Chez les prématurés et les nouveau-nés (jusqu’à l’âge de quatre semaines environ), le foie et les reins ne fonctionnent pas encore totalement et l’élimination des médicaments s’effectue plus lentement. Le médicament persiste plus longtemps dans le corps et le médecin en tient compte pour éviter un effet toxique par accumulation.

Chez les nourrissons (d’un mois à deux ans), le foie et les reins éliminent un médicament plus rapidement que chez les adultes. Le médicament persiste donc moins longtemps dans le corps. De nouveau, le médecin en tient compte pour éviter une concentration de médicament trop faible et inefficace.

Choisir la posologie

Chez les enfants, la posologie des médicaments est fonction de l’âge. Les enfants d’un même âge étant parfois de taille très différente, la posologie d’un médicament s’exprime souvent en milligrammes par kilogramme de poids (mg/kg). Il est donc nécessaire d’évaluer le poids de l’enfant avant de prescrire la dose adaptée. Parfois, les laboratoires pharmaceutiques proposent une posologie en milligrammes par mètre carré de surface de peau (mg/m2). Le médecin calcule cette surface à l’aide d’une formule qui prend en compte la taille et le poids de l’enfant.

Choisir la voie d’administration

    Selon le type de traitement et l’âge de l’enfant, le médecin choisit une voie d’administration :
  • orale (par la bouche) : comprimés, gélules, sirops, etc.
  • rectale (par l’anus) : suppositoires, lavements.
  • percutanée (à travers la peau) : solutions, pommades, crèmes, etc.
  • injectable : sous-cutanée, intraveineuse, etc.

Chez les petits enfants, la voie orale est très utilisée (surtout sous la forme liquide) - ainsi que la voie rectale dans les pays latins. Chez les nouveau-nés et les nourrissons, les médicaments par voie percutanée pénètrent facilement. Pour cette raison, chez eux, il ne faut jamais utiliser un médicament sous forme de pommade, de crème ou de lotion sans avis médical, même s’il est disponible sans ordonnance.

Actualités

Les ruptures de stock déclarées à l’ANSM par les laboratoires pharmaceutiques ont pour origine des difficultés liées à la production de ces médicaments (illustration).

Néovascularisation oculaire : rupture de stock de VISUDYNE à compter du 15 juillet et distribution de...

Vue microscopique de bacilles de Calmette et Guérin (illustration @Y tambe sur Wikimedia).

BCG-MEDAC (BCG thérapie intravésicale) : une carte d'alerte pour informer les patients sur le risque...

Des réactions allergiques aiguës sévères peuvent être provoquées par divers allergènes dont les piqûres ou les morsures d’insectes (illustration).

Stylos d'adrénaline injectable : à conserver jusqu'à la date de péremption avant de les renouveler