En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Lutter contre les effets indésirables des chimiothérapies anticancéreuses

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Les médicaments de chimiothérapie anticancéreuse sont redoutés pour leurs effets indésirables. Pourtant, de nombreux progrès ont été accomplis en terme de tolérance et une nouvelle génération de médicaments anticancéreux, les « thérapies ciblées », offre de nouvelles possibilités de traitement mieux tolérées.

Néanmoins, les chimiothérapies, qu’elles soient administrées par perfusion ou en comprimés, peuvent avoir un impact négatif sur la qualité de vie. La nature, l’intensité et la fréquence de leurs effets indésirables varient selon la substance utilisée, le dosage prescrit et la sensibilité de chaque patient. La présence ou l'absence d'effets indésirables n'est pas liée à l'efficacité du traitement.

Certains effets indésirables peuvent être limités ou évités grâce à des traitements préventifs ou des conseils pratiques. Parfois, ils nécessitent un changement de traitement anticancéreux ou l’administration d’un traitement destiné à les soulager. Dans tous les cas, il est essentiel d’en parler librement avec son équipe soignante.

Lutter contre les nausées et les vomissements liés aux chimiothérapies

eau citronnée

Le plus souvent, les nausées et les vomissements liés aux chimiothérapies débutent quelques heures après la perfusion. Ils persistent deux à trois jours.

Si vous ressentez cet effet indésirable, quelques mesures peuvent vous aider :

  • Vous pouvez boire de l’eau, une boisson gazeuse (les colas semblent soulager un peu les nausées) ou de l’eau citronnée bien fraîche, mais toujours à petites gorgées. En effet, la prise d’une grande quantité de liquide en une seule fois risque de provoquer un vomissement.
  • Les tisanes de gingembre frais pourraient aider à soulager les nausées. Certains patients recommandent les bonbons et les gommes à mâcher au menthol.
  • Prenez des repas légers et rapprochés ; mangez plutôt froid que chaud. Buvez entre les repas pour éviter de trop surcharger votre estomac.
  • Évitez les aliments gras ou épicés, les boissons alcoolisées, le café et le tabac.
  • Si vous vomissez à répétition, veillez à un apport suffisant de liquide et de sels minéraux, car les vomissements provoquent des pertes de liquide et même, dans certains cas, de la déshydratation. Les bouillons clairs sont une bonne manière de se réhydrater.
  • Après avoir vomi, rincez-vous la bouche avec un bain de bouche et ménagez votre estomac ; n’absorbez pas d’aliments solides pendant quelques heures.
  • Si vous ressentez des nausées après chaque cure de chimiothérapie (voire même juste avant une cure, du fait de l’anxiété), votre médecin pourra vous prescrire un traitement dit « antiémétique » (contre les vomissements).
  • Pour lutter contre les nausées liées à l’anxiété, les techniques de relaxation peuvent apporter un bénéfice.

Lutter contre les diarrhées liées aux chimiothérapies

La diarrhée est un effet indésirable fréquent lors de traitement par chimiothérapie anticancéreuse, quelle que soit la substance utilisée. Si vous ressentez ce type d’effet indésirable, voici quelques conseils pour essayer de réduire sa sévérité :

  • Mangez et buvez fréquemment de petites quantités d’aliments et de liquides. Faites attention à ne pas vous déshydrater. Il est parfois nécessaire de boire jusqu’à trois litres par jour (demandez conseil à votre médecin traitant). Alternez les différents types de liquides : eau, bouillons, tisanes, sodas un peu dégazéifiés, par exemple. Ne consommez pas de boissons caféinées qui accélèrent le transit intestinal : café, thé, colas, boissons énergisantes.
  • Évitez les plats épicés, gras ou frits. Vous pouvez adopter un régime dit « antidiarrhéique » : pâtes, riz, bananes bien mûres, compote de pommes, gelée de coing, pain grillé ou biscottes.
  • Attention aux aliments contenant du lactose, même si vous n’êtes pas intolérant à ce sucre du lait. Lisez la notice des aliments pour y rechercher cet ingrédient. Préférez les produits laitiers fermentés (yaourts, crème, fromages).
  • Évitez les plats à base de chou, de choux de Bruxelles ou de brocoli.
  • Un médicament antidiarrhéique de type lopéramide (qui ralentit le transit) pourra vous être prescrit par votre médecin, parfois à des doses plus élevées que celles indiquées sur la notice.
  • Si la diarrhée est accompagnée de fièvre ou de vomissements, consultez rapidement votre médecin.

Parfois, la diarrhée entraîne une irritation de l’anus. Dans ce cas :

  • nettoyez-le avec un savon doux et de l’eau tiède après chaque selle ;
  • appliquez ensuite une crème protectrice, de type crème pour les mains ;
  • parfois, un bain de siège tiède peut soulager les douleurs.

Actualités

L'halopéridol est un médicament antipsychotique typique de la classe des neuroleptiques (illustration).

HALDOL et HALDOL DECANOAS : harmonisation européenne des indications, posologies, contre-indications,...

Représentation en 3D de virus de la rage au sein d'une cellule nerveuse (illustration).

Vaccins contre la rage : rupture de stock en ville, remise à disposition normale à l'hôpital

Représentation anatomique en 3D de la glande thyroïde (illustration).

THYROFIX comprimé (lévothyroxine) : mise à disposition progressive à partir du 8 décembre 2017