En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les effets indésirables des chimiothérapies sur les cheveux et les ongles

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Lutter contre la chute des cheveux liée aux chimiothérapies

perte de cheveux après chimio

La chute des cheveux (ou « alopécie ») est l’un des effets indésirables des chimiothérapies les plus redoutés par les patients. Pourtant, elle n’est pas toujours présente. En effet, le risque de perdre ses cheveux varie selon les médicaments utilisés et la dose administrée, ainsi que la nature des cheveux. Cet effet indésirable est temporaire : les cheveux repoussent six à huit semaines après la fin de la chimiothérapie, parfois avec une structure légèrement différente.

Lorsqu’elle survient, la perte de cheveux débute deux à trois semaines après la première perfusion. Elle peut être progressive ou brutale, et affecter les cils, les sourcils et les poils pubiens. L’alopécie est due à l’effet inhibiteur des médicaments de chimiothérapie sur la multiplication des cellules des bulbes pileux.

De plus en plus fréquemment, l’usage d’un casque réfrigérant pendant la perfusion du traitement parvient à prévenir la chute des cheveux. En effet, ce casque provoque une réduction du diamètre des vaisseaux sanguins du cuir chevelu ce qui réduit la diffusion locale du médicament et protège les cellules des bulbes pileux.

De la même manière, pour protéger ses cils et ses sourcils, il peut être utile de placer sur les yeux un pain de glace enveloppé dans une charlotte. Ce pain de glace n'étant pas fourni par l'hôpital, il faudra l'apporter de chez soi dans une glacière.

D’une manière générale, il est recommandé de prendre les mesures pour ne pas trop agresser les cheveux avant, pendant et après une chimiothérapie. Pour cela, il est conseillé de :

  • se laver les cheveux la veille de la séance de chimiothérapie, puis ne plus les laver pendant trois à huit jours après la séance ;
  • ne pas se laver les cheveux trop fréquemment ;
  • utiliser un shampoing doux et une brosse douce ;
  • éviter de vous sécher les cheveux avec un séche-cheveux trop chaud ;
  • éviter les bigoudis chauffants, brushing, teintures, balayages et permanentes.

Lutter contre les problèmes d'ongles liés à la chimiothérapie

Comme les cheveux, les ongles peuvent être le siège d’effets indésirables liés à la chimiothérapie. Ils deviennent cassants, striés et ondulés et finissent parfois par tomber.

Lors de la perfusion, il est possible d’enfiler des moufles et des chaussettes réfrigérantes qui limiteront la diffusion du médicament dans les extrémités. De plus, la pose d’un vernis au silicium (deux couches, vernis disponible en pharmacie) peut empêcher les ongles de devenir cassants. Les changements de coloration peuvent être dissimulés par deux couches d’un vernis opaque foncé.

Quelques mesures de prévention peuvent également être bénéfiques :

  • utiliser des gants pour faire les travaux ménagers ou le jardinage ;
  • appliquer une crème hydratante protectrice sur les mains et les protéger du froid ;
  • couper ses ongles court afin d'éviter qu'ils se fissurent ou se soulèvent.

Actualités

La trimébutine est désormais contre-indiqué chez l'enfant de moins de 2 ans (illustration).

DEBRICALM, DEBRIDAT et génériques (trimébutine) : contre-indiqués chez l'enfant de moins de 2 ans

Les doses restantes de VACCIN TETANIQUE PASTEUR sont rendues disponibles uniquement à l'hôpital et dans les centres de vaccination publics (illustration).

VACCIN TETANIQUE PASTEUR : uniquement disponible à l'hôpital

Cette baisse de la posologie maximale quotidienne de baclofène à 80 mg/jour nécessite que les patients sous posologies supérieures consultent leur médecin pour adaptation (illustration).

RTU baclofène : l'ANSM abaisse la posologie maximale, des spécialistes s'inquiètent pour les patients