En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les effets indésirables des chimiothérapies sur la peau et la bouche

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Lutter contre les problèmes de peau liés aux chimiothérapies

crème hydratante

Les chimiothérapies anticancéreuses peuvent parfois entraîner l’apparition de rougeurs, de plaques, un dessèchement de la peau (qui provoque des démangeaisons ou des tiraillements) ou de l’acné.

La prévention et les soins reposent sur des mesures simples :

  • appliquez une crème hydratante (« émolliente ») deux fois par jour, dont une fois après la toilette ;
  • évitez les savons agressifs (préférez un pain surgras) et séchez-vous en tapotant la peau avec une serviette en coton ;
  • l’exposition de la peau à la chaleur est déconseillée : ne prenez pas de bains chauds ;
  • l’application d’un écran solaire total sur les parties exposées au soleil est préférable ;
  • portez des vêtements amples. Préférez des matières douces comme le coton ou la soie plutôt que le synthétique. Les pansements adhésifs ou les bandages serrés sont à éviter.

Lutter contre les lésions de la bouche liées aux chimiothérapies (mucite)

Les muqueuses (surfaces internes) de la bouche peuvent être fragilisées par la chimiothérapie. Des lésions peuvent apparaître (rougeurs, aphtes) qui sont douloureuses. Cet effet indésirable est appelé « mucite » (inflammation d'une muqueuse) ou « stomatite » (inflammation de la muqueuse de la bouche).

Il est possible de réduire leur sévérité, voire de prévenir leur apparition :

  • des bains de bouche peuvent être prescrits par le médecin, à faire après chaque repas (de préférence sans alcool pour ne pas dessécher la muqueuse) ;
  • l’usage d’une brosse à dents souple (comme celle prescrite après une chirurgie de la bouche) et d’un dentifrice peu abrasif est préférable ;
  • pour soulager la douleur, il est possible de sucer de la glace, de manger des sorbets ou de sucer des pastilles à la lidocaïne (contre les maux de gorge) ;
  • prévenir la sécheresse de la bouche est essentiel : buvez suffisamment ;
  • si vous avez l’impression de ne pas saliver suffisamment, demandez à votre médecin de vous prescrire un substitut salivaire (en pharmacie) ;
  • préparez-vous des aliments moelleux et riches en eau faciles à avaler (attention aux biscuits, chips, noix, gruyère, ananas, vinaigrette, citron, etc.) ;
  • évitez le tabac et les boissons alcoolisées ;
  • protégez également vos lèvres avec un stick adapté.

Actualités

La prescription d'un THS semble plus utile les premières années suivant le début de la ménopause (illustration).

Ménopause : un suivi de 18 ans de 27 000 femmes sous THS ou placebo écarte les risques annoncés en 2002

Les IEC et les ARA II sont formellement contre-indiqués aux 2e et 3e trimestres de la grossesse (illustration).

IEC et ARA II : un mésusage persistant pendant la grossesse

A partir du 17 octobre, l'un ou l'autre des pictogramme ci-dessus sera présent sur les boîtes des médicaments à risque pendant la grossesse.

Grossesse : les boîtes de médicaments à risque arborent le pictogramme "femmes enceintes"