Les effets indésirables des chimiothérapies sur les pieds et les mains

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Qu'est-ce que le syndrome main-pied ?

Le syndrome main-pied se caractérise par des rougeurs, un gonflement (œdème), de la sécheresse, voire des cloques au niveau de la paume des mains et de la plante des pieds.

Pour prévenir ce syndrome, il peut être utile de prévoir une manucure et une pédicure avant de commencer le traitement, en particulier si de la corne est déjà présente sur les mains et les pieds. Attention aux activités qui entraînent des frottements répétés sur la peau ou une pression sur les mains comme les activités ménagères, la conduite, le jardinage, etc. La course à pied ou la marche prolongée sont déconseillés en cas de syndrome main-pied.

Si vous souffrez du syndrome main-pied, appliquez régulièrement une crème hydratante sur la peau des mains et des pieds.

Lutter contre les fourmillements dans les pieds et les mains

Certains médicaments de chimiothérapie ont un effet toxique sur les nerfs des extrémités (mains, pieds, jambes). Ils peuvent entraîner des troubles de la sensibilité, appelés « paresthésies » ou « neuropathies périphériques », qui se manifestent par des sensations d'engourdissement, de fourmillement, de ruissellement, de picotement, voire de décharge électrique, parfois douloureuses.

Il n’existe pas de moyens de prévenir ou de traiter ces troubles de la sensibilité. S'ils entraînent un handicap (difficulté à saisir un objet, difficultés à marcher, par exemple), le médecin peut décider d’arrêter le traitement et de le remplacer par d'autres médicaments. Dans les cas les moins sévères, il existe des crèmes localement anesthésiantes à base de capsaïcine (la substance responsable du piquant des piments) qui peuvent apporter un soulagement temporaire.

Actualités

Dans la population générale (hors sportifs entraînés en endurance), on parle de bradycardie lorsque le rythme cardiaque est inférieur à 50 battements par minute (illustration).

Coadministration amiodarone/sofosbuvir et risque de bradyarythmie : renforcement des mises en garde

Le taux de remboursement des médicaments dépend du service médical rendu (illustration)

Fin de prise en charge en avril et mai 2020 pour plusieurs médicaments

Les ruptures de stock déclarées à l’ANSM par les laboratoires pharmaceutiques ont pour origine des difficultés liées à la production de ces médicaments (illustration).

Disponibilité des médicaments distribués en ville et à l'hôpital : ruptures de stock et remises à disposition