En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les effets indésirables des chimiothérapies sur les pieds et les mains

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Qu'est-ce que le syndrome main-pied ?

Le syndrome main-pied se caractérise par des rougeurs, un gonflement (œdème), de la sécheresse, voire des cloques au niveau de la paume des mains et de la plante des pieds.

Pour prévenir ce syndrome, il peut être utile de prévoir une manucure et une pédicure avant de commencer le traitement, en particulier si de la corne est déjà présente sur les mains et les pieds. Attention aux activités qui entraînent des frottements répétés sur la peau ou une pression sur les mains comme les activités ménagères, la conduite, le jardinage, etc. La course à pied ou la marche prolongée sont déconseillés en cas de syndrome main-pied.

Si vous souffrez du syndrome main-pied, appliquez régulièrement une crème hydratante sur la peau des mains et des pieds.

Lutter contre les fourmillements dans les pieds et les mains

Certains médicaments de chimiothérapie ont un effet toxique sur les nerfs des extrémités (mains, pieds, jambes). Ils peuvent entraîner des troubles de la sensibilité, appelés « paresthésies » ou « neuropathies périphériques », qui se manifestent par des sensations d'engourdissement, de fourmillement, de ruissellement, de picotement, voire de décharge électrique, parfois douloureuses.

Il n’existe pas de moyens de prévenir ou de traiter ces troubles de la sensibilité. S'ils entraînent un handicap (difficulté à saisir un objet, difficultés à marcher, par exemple), le médecin peut décider d’arrêter le traitement et de le remplacer par d'autres médicaments. Dans les cas les moins sévères, il existe des crèmes localement anesthésiantes à base de capsaïcine (la substance responsable du piquant des piments) qui peuvent apporter un soulagement temporaire.

Actualités

Les ruptures de stock déclarées à l’ANSM par les laboratoires pharmaceutiques ont pour origine des difficultés liées à la production de ces médicaments (illustration).

Ruptures de stock et remises à disposition en ville : DEPAKOTE, RIFATER, ARACYTINE, OZURDEX et LARGACTIL

Les spécialités à base d'alpha-amylase sont indiquées dans le traitement d'appoint des états congestifs de l'oropharynx (illustration).

MAXILASE et ALFA-AMYLASE BIOGARAN CONSEIL : attention aux risques de réactions d'hypersensibilité

La mitomycine C est une substance antinéoplasique et antibiotique extraite de Streptomyces caespitosus, une espèce d'actinobactéries (illustration @Wikimedia).

AMETYCINE et MITOMYCIN-C KYOWA : rappel de lots de grande envergure