En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les effets indésirables des chimiothérapies sur le tonus

Mis à jour : Mercredi 21 Juin 2017

Lutter contre la fatigue liée aux chimiothérapies

Pendant le traitement d’un cancer, la fatigue est fréquente. Il est souvent difficile d’en distinguer les causes, entre la maladie elle-même, les traitements, l’anxiété voire la dépression, les nausées et la perte d’appétit, les douleurs, les troubles du sommeil, etc. De plus, une éventuelle anémie, même modérée, peut contribuer à cette sensation de fatigue qui n’est pas soulagée par le repos.

La fatigue ne doit pas être considérée comme une fatalité. Mieux vaut en parler avec son médecin traitant, pour être certain que toutes les causes possibles et les options de traitement ont été envisagées. Pour la soulager, la fatigue est souvent prise en charge par une équipe pluridisciplinaire : kinésithérapeutes, ergothérapeutes, diététiciens, etc.

De nombreux patients signalent qu’une activité physique régulière, adaptée aux capacités de chacun, contribue à soulager la fatigue. De nombreux centres de traitement anticancéreux proposent des ateliers adaptés, ainsi que certaines associations sportives. Pour celles et ceux qui le préfèrent ou qui n’ont pas accès aux activités organisées, la marche (une demi-heure par jour), la natation ou le vélo peuvent également soulager la fatigue.

Mieux vaut discuter avec son équipe soignante de la reprise d’une activité sportive, afin de vérifier qu’elle est compatible avec la maladie et ses traitements, notamment pour le tennis, le golf et les sports de combat.

D’autres mesures peuvent aider les personnes qui souffrent de fatigue :

  • établir des priorités en terme d’activités (par nécessité ou par plaisir) ;
  • prévoir des moments de repos dans la journée ;
  • accepter de se faire aider pour les tâches quotidiennes (ménage, cuisine, courses, etc.) : l’assistante sociale de l’hôpital pourra vous conseiller pour trouver des aides financières.

Actualités

ESMYA est indiqué dans la prise en charge de fibromes utérins (illustration).

ESMYA (ulipristal) : restriction des indications et mesures de réduction du risque d'atteintes hépatiques

Représentation en 3D de Streptococcus pneumoniae (illustration).

Vaccin PNEUMOVAX : mise à disposition exceptionnelle de seringues préremplies à péremption courte

L’amyotrophie spinale (ASA ou SMA) est une maladie neuromusculaire progressive d’origine génétique, caractérisée par une dégénérescence des motoneurones (illustration).

SPINRAZA (nusinersen) : risque d'hydrocéphalie communicante, non reliée à une méningite ou à une hémorragie