Automédication et interactions médicamenteuses

Mis à jour : Mercredi 11 Avril 2012

Les médicaments disponibles sans ordonnance sont des médicaments à part entière et peuvent interagir avec de nombreux autres traitements. Pour cette raison, il est fortement déconseillé de recourir à l’automédication lorsqu’on suit déjà un traitement régulier pour une autre maladie. En effet, la prise d’un médicament en supplément du traitement habituel pourrait alors provoquer des effets indésirables ou une diminution de l’efficacité du traitement pris régulièrement. Par exemple la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) comme l’ibuprofène peut diminuer l’efficacité de traitements contre l’hypertension artérielle. Certains médicaments contre les nausées ou contre le rhume, par exemple, sont vendus sans ordonnance et considérés comme anodins, alors qu’ils peuvent provoquer des interactions graves. D’autres, destinés à lutter contre l’acidité gastrique, peuvent empêcher l’absorption d’autres médicaments et nuire à leur efficacité.
De la même manière, prendre de son propre chef un médicament prescrit auparavant et conservé dans la pharmacie familiale peut avoir de graves conséquences, si un nouveau traitement a été mis en place entre-temps. Dans tous les cas, avant de prendre un médicament pour soulager des maux légers, il est préférable de demander l’avis d’un professionnel de la santé. Un simple coup de téléphone à votre pharmacien peut éviter de sérieuses déconvenues.

Actualités

Les ruptures de stock déclarées à l’ANSM par les laboratoires pharmaceutiques ont pour origine des difficultés liées à la production de ces médicaments (illustration).

Disponibilité des médicaments distribués en ville et à l'hôpital : ruptures de stock et remises à disposition

Appliqués au niveau vaginal, les estrogènes soulagent les symptômes de l'atrophie vulvo-vaginale chez la femme ménopausée (illustration).

Post-ménopause : remise à disposition normale de COLPOTROPHINE 1 % crème

L'acide mycophénolique est utilisé dans la prise en charge de greffes, notamment rénales, mais aussi hépatiques ou cardiaques (illustration).

CELLCEPT et générique, MYFORTIC (mycophénolate) : les grossesses exposées et les malformations à la naissance...