En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Sept conseils pratiques pour prévenir les interactions médicamenteuses

Mis à jour : Mercredi 11 Avril 2012
  1. Informez toujours votre médecin, votre dentiste et votre pharmacien des médicaments prescrits par ailleurs, ou achetés sans ordonnance.
  2. Prévenez toujours votre pharmacien des traitements que vous suivez, avant d’acheter un médicament d’automédication.
  3. Si vous devez prendre le volant, méfiez-vous du risque de somnolence lié à l’association de plusieurs médicaments faiblement sédatifs.
  4. Ne croyez pas qu’un médicament soit forcément anodin parce qu’il est en vente libre. Certains d’entre eux peuvent être à l’origine d’interactions graves, comme l’aspirine lorsqu’on prend des anticoagulants.
  5. Prenez garde au fait que deux médicaments, même pris à distance l’un de l’autre, peuvent interférer entre eux.
  6. N’oubliez pas que la prise d’alcool peut entraîner des réactions violentes avec des médicaments d’usage courant. Sachez également que des quantités significatives d’alcool peuvent être présentes dans certains sirops ou solutions buvables.
  7. N’oubliez pas que les produits et médicaments à base de plantes peuvent provoquer eux aussi des interactions.

Actualités

ESMYA est indiqué dans la prise en charge de fibromes utérins (illustration).

ESMYA (ulipristal) : restriction des indications et mesures de réduction du risque d'atteintes hépatiques

Représentation en 3D de Streptococcus pneumoniae (illustration).

Vaccin PNEUMOVAX : mise à disposition exceptionnelle de seringues préremplies à péremption courte

L’amyotrophie spinale (ASA ou SMA) est une maladie neuromusculaire progressive d’origine génétique, caractérisée par une dégénérescence des motoneurones (illustration).

SPINRAZA (nusinersen) : risque d'hydrocéphalie communicante, non reliée à une méningite ou à une hémorragie