En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les médicaments qui peuvent aggraver une déshydratation ou un coup de chaleur

Mis à jour : Mercredi 08 Juillet 2015

En cas de canicule, plusieurs familles de médicaments peuvent représenter un risque et doivent être prises en considération par le médecin.

Les médicaments diurétiques

Ce sont des médicaments destinés à augmenter l’élimination d’eau par les reins. Ils sont prescrits le plus souvent dans le traitement de l’hypertension artérielle et de certains troubles cardiaques. Les diurétiques, en particulier ceux qui contiennent du furosémide, peuvent aggraver la déshydratation.

Les médicaments qui peuvent perturber le fonctionnement des reins

Ces médicaments sont principalement : les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) et l’aspirine à dose antalgique (plus de 500 mg par jour), les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine et les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II (utilisés dans le traitement de l’hypertension artérielle et de certains troubles cardiaques), les antibiotiques de la famille des sulfamides et certains antiviraux, etc.

Les médicaments qui empêchent l’élimination de la chaleur par le corps

Lors de chaleur extrême, le corps s’adapte en éliminant une quantité plus élevée de calories. Pour cela, il a recours à plusieurs mécanismes dont les principaux sont la transpiration et la dilatation des vaisseaux sanguins de la peau. C’est pour cela que lorsqu’on a chaud, on sue et on est rouge. La transpiration, lorsqu’elle s’évapore, consomme de la chaleur et refroidit la surface du corps. La dilatation des vaisseaux sanguins de la peau permet d’augmenter les échanges de température entre le sang, la peau et l’atmosphère. Ces réactions sont contrôlées par des régions du cerveau chargées de réguler la température du corps.

Les médicaments peuvent perturber ces différents mécanismes de thermorégulation.

Les médicaments qui réduisent la transpiration

Parmi les médicaments qui peuvent interférer avec la sudation, on retrouve certains médicaments antidépresseurs, certains médicaments contre les allergies, certains médicaments contre la maladie de Parkinson, des médicaments antispasmodiques destinés à soulager l’incontinence urinaire, les neuroleptiques, et un médicament de la migraine (pizotifène) et des troubles du rythme cardiaque (disopyramide).

Les médicaments qui limitent la dilatation des vaisseaux sanguins de la peau

Ces médicaments sont essentiellement des médicaments contre le rhume (contenant des vasoconstricteurs), l’hypotension orthostatique et la migraine.

Les médicaments qui perturbent la régulation de la température par le cerveau

Ce sont les hormones thyroïdiennes, les neuroleptiques et certains antidépresseurs (voir également hyperthermie ci-dessous).

Les médicaments qui peuvent provoquer une hyperthermie

Certains médicaments peuvent provoquer une augmentation de la température du corps, même en l’absence de canicule. Leur prise lors de périodes de chaleur inhabituelle peut aggraver un coup de chaleur. Ces médicaments sont essentiellement des neuroleptiques, des antidépresseurs et des antimigraineux. De plus, un médicament de l’anxiété, la buspirone, peut avoir des effets similaires.

Les neuroleptiques peuvent être la cause d’une perturbation de la régulation de la température corporelle, le syndrome malin des neuroleptiques, qui constitue une urgence médicale.

Les médicaments qui réduisent la pression artérielle

Les médicaments qui réduisent la pression artérielle diminuent les échanges de température entre le sang, la peau et l’atmosphère. Ils peuvent contribuer à aggraver un coup de chaleur. Ce sont essentiellement des médicaments contre l’hypertension artérielle et contre l’angine de poitrine (angor).

Actualités

BAYPRESS est un inhibiteur calcique indiqué dans le traitement de l'hypertension artérielle essentielle (HTA).

HTA : arrêt de commercialisation de BAYPRESS (nitrendipine) fin 2017

Représentation anatomique en 3D de la glande thyroïde (illustration).

THYROFIX comprimé : nouvelle spécialité de lévothyroxine à partir de décembre 2017

La transmission de l'hépatite A est le plus souvent oro-fécale par des aliments ou de l'eau contaminés (illustration).

Hépatite A : mise à disposition d'unités du vaccin HAVRIX 1440 destinées à l'export