En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Que faire de son traitement en cas de canicule ?

Mis à jour : Mercredi 08 Juillet 2015

Lorsqu’on prend un traitement et qu’on est exposé à un climat très chaud, il est d’abord essentiel de suivre les conseils de prévention de la déshydratation et du coup de chaleur.

Que faire lorsqu’on prend des médicaments pendant une vague de chaleur ?

Si l’on prend des médicaments susceptibles de réduire les capacités du corps à s’adapter à la chaleur, il peut être utile de faire le point avec son médecin sur ses traitements et ses éventuels facteurs de risque. Dans tous les cas, n’arrêtez pas votre traitement et ne réduisez pas les posologies sans en parler avec le médecin qui vous a prescrit ces médicaments. Il pourra éventuellement prescrire des examens complémentaires (état d’hydratation, fonctionnement des reins, etc.) pour mieux cerner le risque et prévenir les complications. Il est également recommandé de ne prendre aucun médicament en automédication en période de canicule, plus particulièrement chez les personnes âgées.

La chaleur peut-elle interférer avec un traitement ?

Dans certains cas, la chaleur extrême et la déshydratation peuvent modifier la façon dont un médicament est éliminé par le corps. Dans ce cas, des effets indésirables peuvent apparaître qui contribuent également à aggraver un coup de chaleur. Les médicaments concernés par ce problème sont les sels de lithium prescrits contre les troubles bipolaires, les médicaments des troubles du rythme cardiaque, les médicaments de l’épilepsie, certains médicaments du diabète de type 2 et ceux destinés à lutter contre l’excès de cholestérol (médicaments de la famille des statines et des fibrates).

Actualités

Structure 3D de l'érythopoïétine (illustration).

Erythropoïétines recombinantes humaines : risque de réactions cutanées sévères

Douze nouveaux groupes sont inscrits au répertoire des génériques (illustration).

ADENURIC, ATRIPLA, BARACLUDE, FUCIDINE, INEGY, RENVELA, TERCIAN, VESICARE : 12 nouveaux groupes génériques

Les APSI de la gamme IRIS sont utilisés pour le traitement de désensibilisation par voie injectable sous-cutanée (illustration).

Produits d'allergologie injectables de la gamme IRIS : interruption des traitements et rappel de tous...