En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le vaccin contre la coqueluche

Mis à jour : Mardi 23 Janvier 2018

La coqueluche est une infection respiratoire due à une bactérie appelée Bordetella pertussis. Elle très contagieuse et potentiellement grave chez le jeune enfant. La vaccination généralisée des nourrissons a permis de faire chuter le nombre de cas, mais l’immunité obtenue par le vaccin ne dure qu’une dizaine d’années.

Les recommandations concernant la vaccination contre la coqueluche

La généralisation de la vaccination contre la coqueluche a entraîné une chute importante du nombre de cas depuis les années 1960. Néanmoins, depuis les années 1990, on observe une recrudescence de la maladie. En effet, à l’inverse de nombreuses maladies infantiles, il est possible d’avoir plusieurs fois la coqueluche. De plus, si le vaccin est efficace, l’immunité obtenue ne dure qu’une dizaine d’années. Ainsi, les adultes et les adolescents qui ont perdu leur immunité peuvent être atteints et contaminer les nourrissons non encore protégés par la vaccination. Les autorités sanitaires recommandent donc un rappel du vaccin contre la coqueluche à l'occasion du rappel diphtérie - tétanos -poliomyélite à l’âge de 25 ans et chez les adultes susceptibles d'être parents et n'ayant pas reçu d’injection de rappel au cours des dix dernières années. La vaccination contre la coqueluche est désormais obligatoire pour tous les nourrissons nés à partir du 1er janvier 2018.

Quels sont les vaccins contre la coqueluche ?

Les premiers vaccins contre la coqueluche contenaient des bacilles coquelucheux, avec des effets indésirables parfois importants. Ils ont été remplacés par les vaccins actuels qui contiennent uniquement des antigènes immunisants (vaccins dit acellulaires), avec des effets indésirables moindres. En France, le vaccin contre la coqueluche est toujours combiné à d’autres vaccins (notamment diphtérie, tétanos et poliomyélite). Certains vaccins destinés aux rappels chez l'enfant et l'adulte (BOOSTRIXTETRA, REPEVAX) contiennent des doses réduites d'antigènes coquelucheux afin d'être mieux tolérés.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 20 Mars 2018

Vaccins : diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche

Vaccins : diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, infections à Haemophilus influenzae type b

Vaccins : diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, infections à Haemophilus influenzae type b, hépatite B

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Quand vacciner contre la coqueluche ?

La vaccination contre la coqueluche est pratiquée chez les nourrissons avec deux injections de vaccin, respectivement à l’âge de 2 et 4 mois, suivi d'un rappel à l'âge de 11 mois. Un rappel est préconisé à l'âge de 6 ans à l'occasion du rappel du vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Un rappel doit également être pratiqué entre 11 et 13 ans avec un vaccin contenant une dose réduite d'antigène anticoquelucheux.

Un rappel est recommandé pour les jeunes adultes à 25 ans, s'ils n'ont pas reçu de rappel anticoquelucheux depuis cinq ans.

Chez l'adulte, la vaccination contre la coqueluche est préconisée pour les adultes qui souhaitent être parents. Elle repose sur l’injection d’une dose de vaccin DTcaPolio, si la vaccination contre la coqueluche remonte à plus de 10 ans. Les adultes qui ont eu la coqueluche moins de 10 ans auparavant n’ont pas besoin d’être revaccinés. Si la maladie date de plus de 10 ans, l’immunité conférée par la maladie risque d'être insuffisante et une injection de rappel est recommandée.

Pour certains professionnels (professionnels de santé, professionnels s’occupant de nourrissons ou d’enfants en bas âge…), les rappels prévus à 25, 45 et 65 ans contre la diphtérie, le tétanos et la polio doivent également comporter le vaccin contre la coqueluche (vaccin dTcaPolio).

Sources et références

Actualités

La rupture de stock de MENVEO touche la ville et l'hôpital pour une durée indéterminée (illustration).

Vaccin méningococcique MENVEO : rupture de stock en ville et à l'hôpital pour une durée indéterminée

Les femmes enceintes ou désirant une grossesse, traitées par CYNOMEL, doivent consulter leur médecin pour remplacer ce traitement par la lévothyroxine (illustration).

CYNOMEL (liothyronine) : désormais contre-indiqué pendant la grossesse

L’hypotension orthostatique est un facteur de morbi-mortalité indépendant des pathologies associées et augmente la mortalité totale et cardiovasculaire (illustration).

Hypotension orthostatique : arrêt de commercialisation d’HEPT A MYL (heptaminol)